78 pour cent du soja planté dans le monde est issu de variétés biotechnologiques.
Photo: ©FAO/Pius Ekpei

Les superficies globales de cultures biotechnologiques ne cessent d‘augmenter

En 2016, plus de 185 millions d’hectares étaient occupés par des cultures issues de la biotechnologie ou génétiquement modifiées dans le monde, cinq pays ayant planté 91 pour cent de la superficie globale de cultures biotechnologiques. La culture biotechnologique la plus répandue était le soja, suivie du coton.

Selon le rapport annuel de l’International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (service international pour l’acquisition d’applications agro-biotechnologiques – ISAAA), publié en mai 2017, 26 pays au total, dont 19 pays en développement et 7 pays industrialisés, faisaient de la culture biotechnologique sur 185,1 millions d’hectares en 2016. En comparaison, la superficie totale de cultures biotechnologiques s’élevait à 179,7 millions d’hectares en 2015 et à 181,5 millions d’hectares en 2014.

Étant donné que de plus en plus de variétés de cultures biotechnologiques sont approuvées et commercialisées pour être utilisées par les agriculteurs, l’ISAAA s’attend à voir les taux d’adoption continuer à grimper dans les pays en développement. En 2016, l’Afrique du Sud et le Soudan ont étendu la culture du maïs, du soja et du coton biotechnologiques à 2,66 millions d’hectares, en augmentation par rapport aux 2,29 millions d’hectares exploités en 2015. Ailleurs sur le continent, une nouvelle ouverture vers l’acceptation se dessine comme, par exemple au Kenya, au Malawi, au Nigéria, en Éthiopie, au Ghana, au Swaziland et en Ouganda, pays où, selon l’ISAAA, l’on peut noter des avancées notables dans l’examen réglementaire et dans l’approbation pour diffusion commerciale de diverses cultures biotechnologiques.

En 2016, les États-Unis d’Amérique, le Brésil, l’Argentine, le Canada et l’Inde constituent toujours les principaux pays où se trouvent des cultures biotechnologiques. Ces cinq pays à eux-seuls représentent 91 pour cent de la superficie totale des cultures biotechnologiques au monde.

De même, en 2016, le Brésil a augmenté de 11 % la part de la biotechnologie dans les domaines du maïs, du coton, du soja et du colza, ce qui est un résultat remarquable. Ce pays reste le deuxième producteur de cultures biotechnologiques au monde après les États-Unis. Au Brésil, le soja biotechnologique est cultivé sur 32,7 millions d’hectares sur les 91,4 millions d’hectares occupés par cette culture dans le monde entier.

On trouve des variétés de soja biotechnologique sur 50 pour cent des surfaces occupées par des cultures biotechnologiques globales. Basé sur la superficie mondiale dédiée aux cultures individuelles, 78 pour cent du soja, 64 pour cent du coton, 26 pour cent du maïs et 24 pour cent du colza plantés dans le monde étaient issus de variétés biotechnologiques.

Les pays présentant un taux d’adoption du soja biotechnologique supérieur à 90 pour cent sont les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Canada, l’Afrique du Sud et l’Uruguay. Les pays présentant un taux d’adoption du maïs biotechnologique proche ou supérieur à 90 pour cent sont les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, le Canada, l’Afrique du Sud et l’Uruguay. Les pays présentant un taux d’adoption du coton biotechnologique supérieur à 90 pour cent sont les États-Unis, l’Argentine, l’Inde, la Chine, le Pakistan, l’Afrique du Sud, le Mexique, l’Australie et Myanmar. Les pays présentant un taux d’adoption du colza biotechnologique supérieur à 90 pour cent sont les États-Unis et le Canada.

(ISAAA/ile)

Pour en savoir plus ou pour lire le résumé du rapport « Global Status of Commercialized Biotech/GM Crops: 2016 »