Dégât causé par des larves sur une tomate. Cette espèce envahissante détruit les moyens de subsistance des petits producteurs, ce qui amène des régions comme le nord du Nigéria à déclarer l’état d’urgence.
Photo: © Marja van der Straten, NVWA, Bugwood

Les scientifiques intensifient leurs efforts pour combattre les espèces envahissantes

Un programme de recherche visant à s’attaquer aux espèces envahissantes qui tuent les plantes et rendent les animaux malades est en voie d’être mené par le Centre international pour l’agriculture et les sciences biologiques du Royaume-Uni (United Kingdom’s Centre for Agriculture and Bioscience International - CABI).

Le Centre international pour l’agriculture et les sciences biologiques du Royaume-Uni (United Kingdom’s Centre for Agriculture and Bioscience International - CABI) vient de lancer une nouvelle initiative de grande envergure visant à protéger les communautés rurales vulnérables dans la lutte contre les espèces exotiques envahissantes. S’appuyant sur ses cent années d’expérience dans la gestion des espèces envahissantes, le CABI exécutera un programme mondial, unique en son genre, qui soutiendra 50 millions de familles africaines et asiatiques d’agriculteurs vulnérables, affectés par des espèces qui échappent à tout contrôle et qui menacent leurs moyens de subsistance.
Ce programme sera lié et capitalisera sur les acquis du programme Plantwise également mené par le CABI, qui a connu un grand succès et a déjà touché près de 5 millions d’agriculteurs dans 34 pays. Le programme, doté d’un budget de 50 millions USD, vise à trouver des solutions scientifiques qui aident les agriculteurs soit à combattre soit à s’adapter à la présence d’espèces envahissantes. L’objectif est de lutter contre les conséquences économiques dévastatrices de ces espèces que des estimations chiffrent à environ 183 milliards USD par an en termes de pertes de récoltes et de revenus en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud et du Sud-Est.

Les espèces concernées par le programme incluent la mineuse de la tomate (qui a détruit les récoltes de 80 pour cent des producteurs de tomates au Nigéria l’année dernière) de même que le parthénium matricaire, qui a envahi les parcours du bétail en Tanzanie et en Ouganda, empoisonnant le bétail et provoquant des dermatites parmi la population locale.

« Pour pouvoir maîtriser la menace que les espèces envahissantes font peser sur le monde, nous devons avoir recours à des approches éprouvées, étayées par des fondements scientifiques solides » a déclaré Trevor Nicholls, directeur général du CABI, lors d’une conférence tenue en juillet à Londres /Royaume-Uni. Nicholls a ajouté que dans les régions où les espèces envahissantes sont déjà largement répandues, le CABI recherchera des solutions scientifiques qui sont respectueuses de l’environnement et abordables pour les communautés plus pauvres.

Le programme du CABI adoptera une approche à trois volets, incluant des travaux de recherche sur les moyens de combattre les espèces envahissantes, des partenariats visant à mettre ces solutions en pratique et la mise sur pied d’une « banque de connaissances » destinée à faciliter le partage des expériences et des résultats de la recherche.

Les femmes et les enfants sont particulièrement concernés par les travaux de désherbage

Les chercheurs estiment que rien qu’en Afrique chaque femme passe environ 200 heures par an à arracher les espèces envahissantes sur les champs de l’exploitation familiale. La même étude a montré que, dans les régions rurales, environ 70 pour cent des enfants scolarisés manquent l’école pendant les périodes où les travaux de désherbage battent leur plein car ils sont sensés aider à combattre les espèces envahissantes.

Selon des membres du CABI présent à la conférence de Londres, la lutte contre les espèces envahissantes jouera un rôle déterminant dans l’atteinte du deuxième Objectif de développement durable (ODD) qui vise à éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

(SciDev/cabi/wi)

Pour en savoir plus : Lisez les histoires de personnes qui sont affectées par les dégâts causés par des espèces envahissantes 

Pour en savoir plus sur le CABI