Des chercheurs américains sont parvenus à éliminer le gossypol toxique des graines de coton.
Photo : Shutterstock

Les graines de coton pourraient-elles bientôt être utilisées dans l’alimentation humaine ?

Les graines de coton sont impropres à l’alimentation humaine car elles contiennent un pigment toxique, le gossypol. Un chercheur américain a réussi à éliminer la toxine de la graine de coton sans que cela ait une incidence négative sur ses autres caractéristiques.

Pour chaque livre de fibres, le coton produit 1,6 kilogramme de graines. À l’échelle mondiale, 48,5 millions de tonnes de graines sont produites. La graine de coton contient 22 pour cent de protéine et est très nourrissante. Toutefois, elle contient également une toxine, le gossypol, dont le rôle est de repousser les insectes nuisibles.

Si, dans les années 1970, les tentatives de cultiver du coton sans gossypol ont été couronnées de succès,  les plantes cultivées en plein champ ne résistaient pas aux attaques des insectes. Keerti S. Rathore, chercheur à l’université du Texas, aux États-Unis, est parvenu à éliminer le gossypol uniquement de la graine de coton qui, du coup, est devenue consommable pour l’homme. La toxine reste par contre dans le reste de la plante et continue ainsi d’agir comme répulsif pour les insectes. La graine pourrait grandement contribuer à améliorer l’apport en protéine dans les pays qui cultivent le coton.

Keerti S. Rathore a choisi d’appliquer la méthode RNAi qui utilise la technique d’interférence de l’acide ribonucléique (RNA). Le RNA transforme les informations héréditaires en protéines grâce au RNA messager. La méthode RNAi peut être utilisée pour interrompre la transformation des séquences génétiques en protéines. Le phytogénéticien a pu démontrer que cette méthode pourrait être spécifiquement utilisée pour arrêter la formation de gossypol dans la graine tout en maintenant au même niveau sa teneur dans les autres parties de la plante. Le coton cultivé à partir de graines ne contenant que peu de gossypol est resté stable. Le ministère de l’Agriculture des États-Unis a autorisé la culture de la nouvelle variété de coton en octobre 2018, et Keerti S. Rathore est actuellement à la recherche de partenaires commerciaux.

Roland Krieg, journaliste, Berlin/Allemagne

Plus d’informations :

Emily Waltz 2018, First edible cottonseed go-ahead, Nature Biotechnology 36:1126

Edible cottonseed now exists — and it could have big implications for world hunger, VOX.com, 19.10.2018

Edible Cottonseed Research At Texas A&M Receives Key USDA Approval, Texas A&M Today, 16.10.2018

USDA Announces Deregulation of GE Low-Gossypol Cotton, United States Department of Agriculture APHIS, 16.10.2018

Ganesan Sunilkumar et al. 2006, Engineering cottonseed for use in human nutrition by tissue-specific reduction of toxic gossypol, PNAS 103:18054-18059