Gerda Verburg, présidente du Comité de la sécurité alimentaire mondiale.
Photo: CSA

Les gouvernements approuvent des principes visant à prévenir l’accaparement de terres

À l’issue de deux années de négociations, le Comité de la sécurité alimentaire a approuvé les Principes pour un investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires

Les Principes pour un investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires qui ont récemment été approuvés par le Comité de la sécurité alimentaire (CSA) visent à assurer que  les flux d'investissement des entreprises et les placements transfrontaliers débouchent sur l'amélioration de la sécurité alimentaire et la durabilité de la production agricole dans le respect des droits des exploitants et des travailleurs agricoles. C'est après plus de deux années de consultations et de mises au point que les Principes ont été adoptés à la mi-octobre 2014 par des gouvernements du monde entier. lls capitalisent sur et sont complémentaires aux « Directives volontaires pour la gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale » qui avaient été entérinées par le CSA en mai 2012 en concomitance avec les préoccupations mondiales suscitées par la flambée des prix alimentaires et les achats massifs de terres agricoles dans les pays en développement, acquisitions qualifiées d' « accaparement des terres » par leurs détracteurs qui les considéraient comme autant de menaces pour les petits exploitants agricoles.

Les Principes ne négligent aucun type d'investissement dans l'agriculture et les systèmes alimentaires (public, privé, important, faible, relatif à la production et à la transformation) et offrent une plateforme que toutes les parties prenantes peuvent utiliser pour élaborer des stratégies nationales, des programmes et des cadres réglementaires, des stratégies axées sur la responsabilité sociale de l'entreprise, des accord individuels ou des contrats. L'accord souligne aussi les rôles des différents types d'investisseur. Celui-ci peut être un État, une entreprise commerciale ou de petits exploitants agricoles. Ces derniers, bien que dispersés, sont dans leur ensemble les plus grands investisseurs mondiaux dans la production agricole primaire.

Les Principes sont volontaires et non-contraignants et c'est la première fois que des gouvernements, le secteur privé, des organisations de la société civile, des agences de l'ONU, des banques de développement, des fondations, des instituts de recherche et des universités ont réussi à se concerter et à se mettre d'accord sur ce qu'est un investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires.

Pour en savoir plus : http://www.fao.org/news/story/fr/item/260755/icode/

(FAO/Ob)