Land Matrix est une excellente initiative qui collecte et analyse en permanence des informations permettant d’effectuer un suivi des investissements fonciers à grande échelle.
Photo: © Jeff Walker /CIFOR/flickr.com

Les agrocarburants aggravent la concurrence en termes d’utilisation des terres cultivables

Une récente étude du German Institute of Global and Area Studies (GIGA) montre comment les agrocarburants jouent un rôle majeur dans l’acquisition et la location de terres dans les pays en développement et nouvellement industrialisés. Elle s’est appuyée sur des données fournies par la plateforme en ligne Land Matrix.

Environ 23 pour cent des transactions d’acquisitions foncières connues impliquant des investisseurs internationaux visent à cultiver des végétaux permettant de produire des agrocarburants. C’est ce qu’ont constaté les chercheurs du German Institute of Global and Area Studies (GIGA) qui ont analysé les données fournies par la plateforme en ligne Land Matrix. 

 

Land Matrix est une initiative indépendante qui collecte et analyse en permanence des informations permettant d’effectuer un suivi des investissements fonciers à grande échelle. Les informations concernées sont publiées sur la plateforme de données ouvertes www.landmatrix.org. 

 

Selon les chercheurs du GIGA, cette plateforme sert à assurer la transparence et la responsabilité des décisions sur les acquisitions foncières. Cette initiative est coordonnée par plusieurs organisations et instituts de recherche internationaux, dont le GIGA. Environ 956 transactions foncières (36 millions d’hectares de terrains) conclues avec une participation internationale sont actuellement répertoriées dans Land Matrix. Selon l’étude réalisée, 23 pour cent de cette superficie sont exclusivement ou partiellement utilisés pour des cultures destinées à la production d’agrocarburants.  L’Afrique subsaharienne est particulièrement visée par les investisseurs internationaux, ceux de Grande-Bretagne ayant acquis la plus grande superficie de terrains (1,5 million d’hectares) comparativement à ceux d’autres pays. 

 

Selon les chercheurs, on constate depuis peu un véritable engouement pour la culture du jatropha dont les graines sont riches en huile. Cette solution est perçue comme une alternative durable à la production d’agrocarburants à partir du soja, de la canne à sucre et de l’huile de palme car le jatropha pousse dans les savanes arides où il n’entre pas en concurrence avec les cultures alimentaires.
Les données fournies par Land Matrix indiquent toutefois que, concernant les projets de culture du jatropha, les taux d’échec sont relativement élevés. Selon les experts du GIGA, ces projets ont besoin de capitaux de démarrage considérables et il faut énormément de patience avant qu’ils soient rentables. Ces dernières années, le marché a attiré de nombreux investisseurs espérant des profits rapides mais ayant peu d’expérience dans la production des agrocarburants. En particulier, il semble que les projets de culture du jatropha aient attiré peu de producteurs expérimentés. C’est ce qui explique que 15 pour cent des projets ont été abandonnés. 

 

Une nouvelle vague d’investissements dans les agrocarburants

Globalement, le marché de la production d’agrocarburants semble se stabiliser. Les auteurs pensent que les « cow-boys de l’investissement » ont été échaudés par les difficultés liées aux conditions de placement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et que les investisseurs qui ont survécu à cette première période d’investissement sont là pour y rester. Ils considèrent également que, comme les politiques de développement des agrocarburants occupent toujours une place prépondérante dans les agendas nationaux, les agrocarburants peuvent faire l’objet d’une demande soutenue et qu’on peut même assister à une nouvelle vague d’investissements dans ce type de carburants.

(GIGA/wi)

 

Pour en savoir plus :

Kerstin Nolte, Martin Ostermeier, Kim Schultze, Food or fuel – The role of agrofuels in the rush for land, GIGA Focus International Edition (anglais), 05/2014

Télécharger l’étude 

Land Matrix