10.08.2016

Ils aident aussi à la réalisation des enquêtes sur les cas potentiels de grippe aviaire chez les animaux ou les êtres humains et à identifier les sources d’infection.
Les interventions de riposte comprennent l’abattage des volailles exposées ou infectées, la désinfection des locaux et des marchés et l’élimination en toute sécurité des oiseaux morts.
L’une des préoccupations majeures réside dans la possibilité de voir la maladie devenir endémique dans l’ensemble de la région, particulièrement au Nigéria, pays où la grippe aviaire  s’est tellement ancrée dans le secteur de la production avicole et des systèmes de commercialisation que son éradication devient difficile à envisager.
C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de faire connaître aux producteurs et aux commerçants les signes cliniques et les symptômes de la maladie, leur dire comment et à qui signaler les cas, et comment adopter et mettre en œuvre des mesures d’hygiène pour en arrêter la progression.