Le nombre de personnes vivant dans une extrême pauvreté a régressé, passant de 1,9 milliard en 1990 à 836 millions en 2015.
Photo: © red hand records/flickr.com

Le rapport final sur les Objectifs du Millénaire pour le développement

Tous les Objectifs du Millénaire pour le développement devaient être atteints à l’horizon 2015. Les Nations unies viennent à présent de publier le rapport final des OMD. En dépit des progrès accomplis dans de nombreux domaines, il reste encore beaucoup à faire.

En juillet 2015, les Nations unies ont publié le rapport final sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).
En dépit de réalisations considérables dans le monde entier, des situations et inégalités inacceptables subsistent toujours. À l’heure actuelle, 836 millions de personnes continuent de vivre dans une pauvreté extrême, même si leur nombre est considérablement moindre aujourd’hui qu’en 1990, où on estimait qu’1,9 milliard de personnes vivaient en-dessous du seuil de pauvreté extrême. 

Selon l’évaluation des OMD faite par les Nations unies, le taux de mortalité des enfants âgés de moins de cinq ans a diminué de plus de la moitié, passant de 90 à 43 décès pour 1 000 naissances vivantes depuis 1990. Le taux de mortalité maternelle a diminué de 45 % dans le monde, la plus grande partie de cette diminution ayant eu lieu depuis 2000.

Des investissements ciblés réalisés dans la lutte contre les maladies telles que le VIH/sida et le paludisme ont permis d’obtenir des résultats sans précédent. Plus de 6,2 millions de décès dus au paludisme ont été évités entre 2000 et 2015, et les actions de prévention, diagnostic et traitement de la tuberculose ont sauvé environ 37 millions de personnes entre 2000 et 2013. Au niveau mondial, 2,1 milliards de personnes ont accès à un service d’assainissement amélioré, et la proportion de personnes déféquant à l’air libre a diminué de près de moitié depuis 1990. Les pays développés ont accru leur aide publique au développement de 66 % en termes réels entre 2000 et 2014, celle-ci atteignant désormais 135,2 milliards de dollars.

Les inégalités persistent

Les Nations unies  soulignent que les progrès réalisés ont été très inégaux selon les régions et les pays, et que d’importantes lacunes subsistent. Les conflits restent le principal obstacle au développement humain, les pays fragiles et affectés par les conflits ayant habituellement les taux de pauvreté les plus élevés.

Les inégalités de genre persistent, bien qu’un plus grand nombre de femmes soient représentées au parlement et que plus de filles soient scolarisées. Les femmes continuent de faire l’objet de discriminations en ce qui concerne l’accès au marché du travail et aux biens économiques ainsi que la participation aux processus de décision dans la sphère publique et privée.

Les enfants des 20 % de ménages les plus pauvres risquent deux fois plus d’avoir une croissance retardée  et courent quatre fois plus de risques de ne pas être scolarisés que ceux des 20 % les plus riches. Dans les pays affectés par des conflits, la proportion des enfants non scolarisés est passée de 30 % en 1999 à 36 % en 2012.

Dans le domaine de l'environnement,  les émissions mondiales de dioxyde de carbone
se sont accrues de plus de 50 % depuis 1990 et la pénurie d’eau, qui affecte 40 % de la population mondiale aujourd’hui, devrait encore augmenter.


Pour télécharger le rapport 2015 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (english)


(UN/ile)