Le petit livre des paysages durables

L’ouvrage visa à encourager et dynamiser la réflexion sur la manière d’assurer la durabilité des paysages, notamment en raison du fait que les besoins croissants en aliments, fibres et combustibles sont susceptibles de modifier en profondeur les paysages dans les décennies à venir.

L’augmentation de la population mondiale et les nouvelles exigences liées à l’évolution de la consommation dans le monde exercent une pression de plus en plus forte sur les terres et leurs ressources. Cette pression est à l’origine de conflits et d’une utilisation déraisonnée des ressources limitées de l’humanité, que se disputent les ménages, les exploitations agricoles, l’industrie, la production énergétique et le tourisme, en entrant en concurrence avec la faune et la flore.

Les concertations internationales pour définir les Objectifs de développement durable (ODD) annoncés récemment ou bien pour négocier un nouvel accord universel sur le climat par exemple ont souligné combien les paysages durables étaient nécessaires en raison de leurs nombreux bienfaits sur le plan social, économique et écologique. Cet ouvrage vise à expliquer et à diffuser les meilleures pratiques en matière de gestion intégrée du paysage, cette démarche holistique consistant à concilier les objectifs parfois contradictoires du développement économique et de la durabilité environnementale. Il précise les éléments clés sur lesquels repose la gestion intégrée du paysage, ainsi que les outils qui peuvent être utilisés pour mettre celle-ci en œuvre. Il examine les catalyseurs qui pourraient contribuer à assurer la durabilité des paysages en agissant sur la gouvernance, les marchés et les financements. Enfin, il se conclut en énonçant des recommandations fondamentales pour l’action en vue de faire progresser l’application fructueuse de la gestion intégrée du paysage dans le monde.

Pour réaliser cet septième ouvrage de la collection des Petits Livres, le Global Canopy Programme s’est associé à plusieurs organisations pécialisées comprenant EcoAgriculture Partners, The Nature Conservancy, le Fonds mondial pour la nature et la Sustainable Trade Initiative (IDH).

(GCP/sri)

Télécharger la publication