Une fillette prend une dose précieuse de vitamine A en mangeant de ce maïs orange nutritif.
Photo: © Eliab Simpungwe (HarvestPlus)

Le maïs orange améliore le stockage de la vitamine A chez l’enfant

Une étude récente montre que le maïs orange améliore le stockage de la vitamine A chez l’enfant. En procédant par sélection naturelle, des chercheurs de l’université américaine Purdue, West Lafayette/Indiana, ont réussi à enrichir naturellement la teneur du maïs en provitamine A. Ce résultat pourrait aider à lutter contre les carence en vitamine A dans les pays en développement.

Une étude publiée par l’American Journal of Clinical Nutrition a montré que le maïs « orange » améliore le stockage de la vitamine A dans l’organisme. Ce maïs est le résultat d’une sélection conventionnelle visant à accroître sa teneur en bêta-carotène, un pigment végétal naturel que l’organisme transforme ensuite en vitamine A. Ont participé à cette étude des centres de recherche des États-Unis et de Zambie, ainsi que le centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT, de l’espagnol Centro internacional de mejoramiento de maiz y trigo). L’étude a bénéficié du soutien de HarvestPlus, une alliance mondiale visant à améliorer la nutrition et la santé publique grâce à la mise au point et au déploiement de cultures vivrières riches en vitamines et minéraux. HarvestPlus fait partie du groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (Consultative Group for International Agricultural Research – CGIAR).

La carence en vitamine A est à l’origine de près de 500 000 cas de cécité par an chez les enfants et elle accroît le risque de mortalité lié à la maladie (diarrhée chez les enfants, par exemple). La carence en vitamine A est très courante en Afrique sub-saharienne. Dans de nombreux pays africains, la population consomme de grosses quantités de denrées alimentaires de base telles que le manioc ou le maïs. Toutefois, le maïs blanc et le manioc ne contiennent pas de bêta-carotène. La consommation de maïs orange riche en bêta-carotène pourrait fournir aux populations dépendantes du maïs jusqu’à la moitié de leurs besoins quotidiens en vitamine A.

Dans le cadre de cette étude contrôlée, des enfants de la Province orientale de Zambie ont été aléatoirement répartis en trois groupes auxquels on a donné du maïs blanc, du maïs orange ou un complément quotidien de vitamine A. Au bout de trois mois, on a constaté un accroissement considérable des réserves totales de vitamine A chez les enfants des groupes auxquels on avait donné du maïs orange ou un complément de vitamine A alors qu’aucun changement n’a été observé dans le groupe ayant reçu du maïs blanc.

Les chercheurs sont persuadés que le maïs orange contribuerait très efficacement à améliorer les réserves de vitamine A dans les populations carencées en vitamine A. Contrairement à la vitamine A qu’on trouve dans les compléments et les aliments fortifiés, l’organisme régule la transformation du bêta-carotène en vitamine A, si bien que la consommation de niveaux élevés de bêta-carotène ne présente aucun risque pour la santé.

Une avancée majeure dans l’enrichissement du maïs en vitamine A 

Des chercheurs de l’université américaine Purdue ont identifié un ensemble de gènes pouvant être utilisés pour améliorer naturellement la teneur des grains de maïs en vitamine A.

L’identification des gènes qui déterminent les niveaux de caroténoïdes dans le maïs aidera les obtenteurs à mettre au point de nouvelles variétés de maïs biofortifié pour l’Afrique et les États-Unis. Au plan culturel, la couleur orange foncée de ces variétés de maïs les rend plus acceptables pour les consommateurs des pays africains où le maïs jaune n’est généralement utilisé que pour nourrir les animaux.

Selon Torbert Rocheford, professeur d’agronomie à l’université Purdue, les chercheurs ont utilisé une combinaison d’analyse statistique et de modèles prédictifs pour identifier et évaluer l’utilité potentielle de gènes associés aux niveaux de caroténoïdes dans le maïs. Ils ont évalué les données concernant environ 200 lignées de maïs génétiquement variées selon différents champs d’investigation – du génome complet du maïs à des segments d’ADN entourant de petits ensembles de gènes. Ils ont découvert quatre gènes pour lesquels aucun lien n’avait encore été établi avec les niveaux de caroténoïdes dans les grains de maïs.

Leurs travaux ont montré que l’association d’une sélection visuelle de maïs à grains orange foncé et de l’utilisation d’un certain nombre de ces gènes favorables pouvait être un moyen efficace de transformation rapide de variétés de maïs à grains blancs et jaunes en maïs orange à forte teneur en vitamine A et en caroténoïdes totaux.

« Nous disposons maintenant des informations génétiques nécessaires pour commencer à mettre en place une collaboration majeure des secteurs public-privé dans le but de fournir du maïs orange à forte teneur en vitamine A aux agriculteurs de toute l’Afrique subsaharienne, » a déclaré M. Rocheford. Selon lui, l’étude a également montré que l’utilisation d’une approche plus ciblée de prévision de l’utilité d’un petit ensemble de gènes était aussi efficace que l’évaluation de la totalité du génome du maïs.

La recherche – qui a bénéficié du soutien de la National Science Foundation (États-Unis), de HarvestPlus et du CIMMYT – a produit des variétés de maïs orange à teneur nettement plus forte en caroténoïdes (provitamines A). Mais, toujours selon M Rocheford, il faudra intensifier les travaux pour produire des niveaux encore plus élevés de caroténoïdes de manière à compenser la dégradation des nutriments après la récolte et réduire la quantité de maïs que les consommateurs africains doivent manger pour ne plus être carencés en vitamine A.


(HarvestPlus/wi)


Pour en savoir plus:

Étude sur le maïs orange : Biofortified orange maize is as efficacious as a vitamin A supplement in Zambian children even in the presence of high liver reserves of vitamin A: a community-based, randomized placebo-controlled trial, American Journal of Clinical Nutrition; décembre 2014 ajcn.087379; publiée en ligne pour la première fois le 8 octobre 2014. doi:10.3945/ajcn.114.08737.

Étude sur l’amélioration génétique du maïs orange riche en vitamine A