Feuille de maïs endommagée par la légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda).
Photo: ©Shutterstock

Le CIMMYT annonce la mise au point, pour l’Afrique, d’hybrides de maïs tolérants à la légionnaire d’automne.

Le Centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) a mis au point trois hybrides de maïs élite tolérants à la légionnaire d’automne pour l’Afrique orientale et l’Afrique australe.

Après trois ans de recherche et de tests intensifs au Kenya, le Centre international d’amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) a réussi à mettre au point des hybrides de maïs tolérants à la légionnaire d’automne, ce qui constitue une avancée significative dans la lutte mondiale contre ce ravageur.

La légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) constitue depuis 2016 une grave menace pour la production de maïs en Afrique ; elle s’est propagée à l’Asie en 2018. La résistance de la plante hôte est un élément important de la lutte intégrée contre les ravageurs (LIR). À partir d’un germoplasme de maïs résistant aux insectes tropicaux mis au point au Mexique et d’un germoplasme de maïs élite résilient au stress mis au point en Afrique sub-saharienne, le CIMMYT a travaillé sans relâche, au cours des trois dernières années, pour identifier et valider des sources natives de résistance génétique à la légionnaire d’automne en Afrique. Il a pour cela analysé plus de 3 500 hybrides en 2018 et 2019.

Sur la base des résultats de tests de tolérance à la légionnaire d’automne réalisés en serre dans la station d’essais (infestation artificielle) à Kiboko, au Kenya, en 2017-2019, les chercheurs du CIMMYT ont évalué, en 2020, un ensemble de huit hybrides d’essai (quatre à maturation précoce et quatre à maturation intermédiaire) comparativement à quatre hybrides commerciaux communément utilisés (deux à maturation précoce et deux à maturation intermédiaire) servant de références. 

Les huit hybrides testés présentant une tolérance à la légionnaire d’automne ont également été testés en stations d’essais régionales (soit un total de 58 hybrides testés) à 28 endroits différents au Kenya et en Tanzanie. Ces essais régionaux avaient pour objet de recueillir des données sur les performances agronomiques.

La résistance génétique des variétés natives de maïs à la légionnaire d’automne est partielle mais, comparativement aux hybrides commerciaux testés, elle est considérable en termes de protection du rendement en cas d’infestation massive. Les chercheurs du CIMMYT estiment que pour lutter durablement contre la légionnaire d’automne, les agriculteurs doivent associer la résistance des plantes hôtes à d’autres composantes de la lutte intégrée contre les ravageurs, parmi lesquelles une bonne gestion agronomique, le contrôle biologique et l’utilisation de pesticides moins dangereux pour l’environnement.

Prochaines étapes


Avec des partenaires du Système national de recherche agricole (NARS), le CIMMYT va homologuer ces hybrides FAWTH (hybrides de maïs tolérants à la légionnaire d’automne) pour leur mise sur le marché dans les pays cibles d’Afrique sub-saharienne, notamment dans les pays d’Afrique orientale et d’Afrique australe. Après avoir été soumis aux tests nationaux de performance (NPT) et homologués pour l’enregistrement et la mise sur le marché, les hybrides seront concédés en sous-licence aux entreprises de semences partenaires, sur une base de non-exclusivité et d’exemption de redevances, de manière à accélérer le déploiement des semences à grande échelle, au profit des communautés agricoles.  

(CIMMYT/wi)

Pour en savoir plus, consulter le site du CIMMYT (en anglais)

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings