Les agriculteurs du Burkina Faso sont impressionnés par cet hybride de mil à croissance rapide et résistant aux maladies.
Photo: ©ICRISAT

Le Burkina Faso enregistre son premier hybride de mil

Le premier hybride de mil appelé Nafagnon a été mis sur le marché au Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest. Il a été développé par l’ICRISAT pour l’Afrique et l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) au Burkina Faso. Cet hybride à haut rendement issu d’un monocroisement est plus résistant au mildiou et se prête à la consommation humaine et animale.

Le Comité national des semences du Burkina Faso a récemment approuvé l'utilisation commerciale de son premier hybride de mil appelé Nafagnon. Avec cette homologation, l'hybride issu d’un monocroisement est également devenu le premier du genre à être approuvé en Afrique de l'Ouest et du Centre. Nafagnon produit jusqu'à 45 pour cent de plus que la variété populaire Misari-1. Il est plus résistant au mildiou et a un potentiel de rendement et de qualité de fourrager plus élevé.

Le programme de sélection du mil pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l'Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) a développé Nafagnon au Niger et l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) l’a évalué et selectionné au Burkina Faso. 

Le nom de l'hybride signifie mil bénéfique en langue Bamanankan. Il est également connu sous l’appellation scientifique de mil Hybrid (ICMH) 147007. Le Nafagnon mûrit tôt, en 80-85 jours et a un potentiel de rendement de plus trois tonnes par hectare ; sa maturité précoce aide à surmonter le stress de la sécheresse terminale. 

Il s'agit d'un hybride à double usage (grain et fourrage) résistant au mildiou, la maladie du mil la plus nocive en AOC. La taille des grains, le potentiel de rendement, la conservation verte des feuilles et tiges et la précocité de l'hybride sont des caractéristiques hautement préférées par les agriculteurs et les utilisateurs finaux au Burkina Faso, où le faible rendement des variétés de mil par rapport aux autres céréales oblige les agriculteurs dans certaines zones à abandonner l'une des cultures les mieux adaptées au climat agro-écologique difficile du Sahel. 

Nafagnon est un croisement de première génération de deux races consanguines (lignées) génétiquement différentes. Il a été évalué dans les principaux pays producteurs de mil de la région au cours des trois dernières années. Cette variété a été soumise au Comité national des semences du Burkina Faso qui l’a inscrite dans le catalogue national des semences, autorisant ainsi sa culture au Burkina Faso et de facto, dans l’espace CEDEAO ; ce qui en fait le premier hybride de mil du pays à être approuvé et le premier hybride à monocroisement à être approuvé en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Adapté à la région


« Les premiers mils hybrides testés en Afrique de l'Ouest et du Centre (AOC) ont été sélectionnés en Inde. Malheureusement, ils mûrissaient trop tôt et étaient sensibles au mildiou. Tirant les leçons de ces évaluations, l’ICMH 147007 a été développé, évalué et sélectionné dans la région ouest-africaine », a déclaré Dr Gangashetty, sélectionneur de mil basé au Niger pour l’ICRISAT en Afrique de l’Ouest et du Centre. 

« Il est bien adapté aux conditions environnementales ouest-africaines » a ajouté Dr Inoussa Drabo, sélectionneur de mil à l'INERA. C’est lui qui a dirigé l'évaluation de plusieurs hybrides et la sélection, et a fourni la documentation nécessaire pour l’homologation de Nafagnon au Burkina Faso. 

« Depuis les années 1990, des chercheurs d'instituts de recherche nationaux et d'organismes de recherche tels que l’ICRISAT et l'Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA) travaillent à l'obtention d'hybrides de mil », a expliqué Dr Issoufou Kapran, spécialiste des systèmes semenciers à l'ICRISAT-Mali. 

Approche inclusive de la sélection variétale


L’approche de l’INERA pour le développement et la commercialisation des hybrides de mil au Burkina Faso implique des partenariats avec les agriculteurs et le secteur privé. Nafagnon a été testé par plus de 500 agriculteurs et trois sociétés semencières - NAFASO, FAGRI et EPAM - ont été impliquées. « L'évaluation des hybrides de mil au Burkina Faso a été rendue possible dans le cadre du projet AVISA », a déclaré Dr Neya James, coordinateur national dudit projet financé par la Fondation Bill & Melinda Gates.

M. Ladji Sawadogo, un agriculteur du village de Balla, à environ 40 km de Bobo Dioulasso, a planté le Nafagnon avec la variété locale le même jour sur un hectare de terrain. »Je suis impressionné par la vitesse de croissance des plantes hybrides. Les feuilles restent vertes à maturité et les grains sont bien formés et remplis sur les panicules. Non seulement ma famille mangera à satiété, mais il y aura assez de fourrage pour nourrir les animaux », a déclaré le cultivateur.

Suite à son approbation au Burkina Faso, Nafagnon sera prochainement intégré dans le catalogue de semences de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). 

(ICRISAT/wi)

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings