Une tempête de poussière pendant la saison sèche à Olkiramatian dans la Vallée du Rift au Kenya. © Georgina Goodwin

Une tempête de poussière pendant la saison sèche à Olkiramatian dans la Vallée du Rift au Kenya.
Photo: © Georgina Goodwin

Le BMZ et le FIDA nouent un partenariat stratégique pour la protection des sols

Pendant la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) à Paris, le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) sont convenus d’engager un partenariat stratégique dédié à la protection des sols dans le monde.

« Soil matters – and is a key element of climate smart agriculture » (les sols comptent, et sont un élément clé d’une agriculture intelligente face au climat), tel était le thème d’un événement parallèle qui s’est tenu dans le Pavillon de l’Allemagne le 5 décembre 2015 à Paris, lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques. Les participants ont discuté de l’importance de la contribution de la restauration des sols et d’une gestion durable des terres à la sécurité alimentaire, à l’adaptation au changement climatique et à la mise à profit des avantages connexes liés à l’atténuation.

Dans le cadre de cet événement parallèle, Thomas Silberhorn, Secrétaire d’État parlementaire auprès du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) a annoncé que le BMZ apporterait un soutien financier de 13 millions d’euros au programme d’adaptation de la petite agriculture paysanne (Adaptation for Smallholder Agriculture Programme, ASAP) dirigé par le Fond international de développement agricole (FIDA).  « Sachant qu’au cours de cette décennie, 50 millions de personnes environ seront obligées de délaisser leurs régions d’origine suite à l’avancée des déserts,  la protection des sols revêt une importance primordiale dans la lutte contre le changement climatique » a expliqué le Secrétaire d’État, qui a ajouté que la gestion durable des sols contribuait grandement à garantir la sécurité alimentaire, à renforcer la capacité de résilience des petits exploitants et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Six millions d’hectares de terres arables fertiles sont perdues chaque année à cause de l’érosion des sols, de la dégradation de la qualité des sols et de la désertification. Plus de la moitié des surfaces agricoles dans le monde sont touchées par la dégradation des sols. Le changement climatique exacerbe ce phénomène, dont les conséquences touchent en particulier les petits exploitants. « Ces petits agriculteurs ont besoin de notre soutien pour pouvoir s’adapter aux changements majeurs s’opérant dans leur environnement naturel », a expliqué Silberhorn à Paris.
Le BMZ veut, conjointement avec le FIDA, mettre fin ou au moins réduire les pertes de terres arables précieuses enregistrées dans le monde. Cette initiative de coopération a également pour but de motiver d’autres donateurs à s’engager aux côtés de l’Allemagne.

(BMZ/wi)

Pour de plus amples informations :

Numéro spécial de Rural 21 : Les sols, une ressource menancée