Des chercheurs du projet BiomassWeb ont interrogé quelque 400 agriculteurs dans le sud-ouest de l’Éthiopie pour identifier les risques majeurs pesant sur la sécurité alimentaire dans ces régions.
Photo: © Till Stellmacher/ZEF

04.08.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Suivante > Dernière >>
Le premier réseau panafricain d’experts de la biomasse à usages alimentaires et non alimentaires a été lancé par le Centre allemand pour la recherche sur le développement (ZEF) et le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA) basé au Ghana.

La biomasse est déjà utilisée dans les secteurs les plus divers allant de la construction de bâtiments de grande hauteur intégrant des structures en bois à la production d’énergie à base d’algues en passant par le recours aux enzymes pour réduire les températures de lavage. L’Afrique est confrontée à une demande croissante de biomasse, celle-ci pouvant non seulement servir à la production de matériaux industriels bruts et d’énergie, mais renfermant également un énorme potentiel de revenus. Or, un grand nombre de pays du continent continuent de lutter pour assurer leur sécurité alimentaire. BiomassNet, le premier réseau panafricain d’experts de la biomasse à usages alimentaires et non alimentaires, vise à aider les pays africains à assurer leur sécurité alimentaire tout en développant en même temps des activités bioéconomiques durables. Le réseau a été lancé à la mi-juillet par le Centre pour la recherche sur le développement (ZEF) et le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA) basé au Ghana.

La biologisation de l’économie

En prenant la parole lors de l'inauguration du réseau BiomassNet et de la réunion du réseau à Bonn, en Allemagne, le Professeur Joachim von Braun a souligné la dépendance de la bioéconomie vis-à-vis des Value Webs par opposition aux chaînes de valeur.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Suivante > Dernière >>