À Berlin, les ministres de l’Agriculture du G20 ont adopté un plan d’action sur l’utilisation durable de l’eau. <br/> Photo: BMEL/photothek.net/Thomas Imo

À Berlin, les ministres de l’Agriculture du G20 ont adopté un plan d’action sur l’utilisation durable de l’eau.
Photo: BMEL/photothek.net/Thomas Imo

L’agriculture – fondement de la paix mondiale

Lors de leur réunion à Berlin/Allemagne, fin janvier 2017, les ministres de l’Agriculture du G20 ont adopté un plan d’action sur l’utilisation durable des ressources en eau. Christian Schmidt, ministre fédéral allemand de l’Agriculture, a insisté sur l’importance de l’agriculture pour la paix.

Le 22 janvier 2017, les ministres de l’Agriculture du G20 se sont réunis à Berlin, Allemagne. Cette réunion a marqué le début de la présidence allemande du G20. Christian Schmidt, ministre fédéral allemand de l’Agriculture, a souligné l’importance fondamentale de l’agriculture dans la maîtrise des défis mondiaux de demain – non seulement nourrir la population croissante de la planète, mais aussi protéger le climat mondial et s’attaquer aux causes de la migration et des déplacements de populations. L’agriculture offre des perspectives économiques et sociales aux pays et pose les bases de la paix et la stabilité. « L’agriculture fait ainsi partie intégrante de la politique de sécurité mondiale, » a-t-il déclaré.

À Berlin, les ministres de l’Agriculture du G20 ont adopté un plan d’action sur l’utilisation durable de l’eau. Parce que l’agriculture est l’activité qui consomme le plus d’eau dans le monde, et parce qu’elle continuera de dépendre de quantités suffisantes d’eau potable, elle se doit d’utiliser cette ressource de manière économique et écologique. « Nous avons souligné ce fait dans notre déclaration commune », a déclaré Christian Schmidt.

Il a poursuivi en disant que compte tenu de la croissance de la population mondiale, les ressources doivent être utilisées de manière plus productive, plus durable et plus responsable. Le plan d’action fait état d’engagements dans les domaines de la politique, de la technologie, de la recherche, du partage des connaissances, de l’expérience et des enseignements tirés de cette expérience.

Pour les ministres, le passage au numérique offre d’importantes possibilités d’utiliser l’eau de manière durable. Le numérique permet de réaliser des gains de productivité tout en assurant une utilisation efficace et écologique des ressources. Christian Schmidt a insisté sur le fait que le passage au numérique offre d’énormes possibilités « pour l’agriculture et la sécurité alimentaire à l’échelle mondiale ». Lui et ses homologues se sont mis d’accord pour tirer parti de tout le potentiel offert par le passage au numérique. Les zones rurales doivent bénéficier d’un meilleur accès aux services numériques et les besoins de l’agriculture doivent être pris en compte dans ce domaine.

Les ministres du G20 se sont également engagés à produire une feuille de route pour mettre fin à l’utilisation des antibiotiques dans l’agriculture pour favoriser la croissance. Il s’agirait-là d’une importante mesure internationale vers une réduction de la résistance aux antimicrobiens de la part des animaux et des humains. « Nous devons avoir pour objectif commun de  réduire au minimum la nécessité de recourir aux antibiotiques dans l’agriculture en garantissant l’adoption de procédures appropriées d’élevage et de culture, » a par ailleurs déclaré Monsieur Schmidt.

Globalement, les États du G20 représentent 90 pour cent de la puissance économique mondiale. Ils comptent également les deux tiers de la population mondiale et 60 pour cent des terres cultivées de la planète. Ensemble, ils produisent 80 pour cent des produits alimentaires de base commercialisés à l’échelle mondiale.
 
(BMEL/sri)