Une agriculture durable pour l’homme et l’environnement, sur une exploitation paysanne au Népal, par exemple .
Photo : © Helvetas

L’agriculture biologique stimule l’innovation agricole

L’agriculture biologique fournit des impulsions importantes pour rendre notre système alimentaire plus durable. Onze experts internationaux – dont Frank Eyhorn d’Helvetas et Adrian Müller de l'Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL) en tant qu’auteurs principaux – le prouvent dans un article publié dans la revue « Nature Sustainability ».

La revue de renommée international Nature Sustainability a récemment publié un article présentant de nouvelles découvertes sur le rôle de l’agriculture biologique. Onze experts internationaux, dont Frank Eyhorn de l’organisation de développement suisse indépendante Helvetas et Adrian Müller de l'Institut suisse de recherche de l'agriculture biologique (FiBL) démontrent que l’agriculture biologique n’est plus un créneau inintéressant, mais qu’elle joue un rôle important afin de rendre durables nos systèmes alimentaires.

Changements climatiques, affaiblissement de la biodiversité et pauvreté rurale : ce sont incontestablement les défis mondiaux majeurs d’aujourd'hui. Les experts sont d’accord pour affirmer que la façon dont nous produisons et consommons les aliments doit changer de toute urgence pour relever ces défis.

Cependant, le chemin pour y parvenir est très controversé : faut-il progressivement rendre l’agriculture conventionnelle plus durable ou promouvoir des systèmes alternatifs tels que l’agriculture biologique ? Selon les onze experts, les deux approches peuvent fonctionner ensemble et se stimuler mutuellement. Cette nouvelle perspective permet d’aligner les politiques sur les objectifs de l’Agenda 2030 des Nations unies pour un développement durable, auxquels la Suisse a également souscrit.

Les auteurs de l’article préconisent une combinaison de mesures visant spécifiquement à promouvoir des systèmes durables, à créer des incitations économiques à adopter des méthodes de production respectueuses de l'environnement et à prévenir des pratiques particulièrement nocives. Il est donc nécessaire d’augmenter le soutien à l’agriculture biologique, de limiter les subventions aux méthodes de production respectueuses de l'environnement et d’interdire les pesticides nocifs.

Il faut changer de paradigme

« Pendant trop longtemps, nous avons débattu sur les technologies qui pourraient nourrir le monde. Il est temps de surmonter les frontières idéologiques et les intérêts individuels pour accélérer le changement nécessaire vers un système alimentaire durable », affirme Frank Eyhorn d’Helvetas. Et Adrian Müller du FiBL de souligner ceci : « Au fond, nous payons plusieurs fois pour des aliments apparemment bon marché : à la caisse, avec les taxes pour les subventions agricoles, en couvrant les dommages causés par l’agriculture intensive et suite à la hausse des coûts de santé. On ne peut plus se le permettre. »

Les premiers signes d’un changement de paradigme sont déjà visibles : l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, FAO, a récemment reconnu le rôle des systèmes agricoles alternatifs, tels que l’agriculture biologique, comme moyen de relever les principaux défis associés au système alimentaire actuel. L’Allemagne, l’Autriche, l’Inde et le Kirghizistan – entre autres – ont déjà des programmes ambitieux pour promouvoir l’agriculture biologique.

(Helvetas / FiBL / wi)

En savoir plus :

Réference:

Frank Eyhorn, Adrian Müller, John P. Reganold, Emile Frison Hans R. Herren, Louise Luttikholt, Alexander Müller, Jürn Sanders, Nadia Scialabba, Verena Seufert, Pete Smith (2019). Sustainability in global agriculture driven by organic farming. Nature Sustainability