Des champs de légumes et de fruitiers dans une exploitation bio à Godollo, Hongrie.
Photo: © FAO / Mark Milstein

L’agriculture biologique peut-elle contribuer à la sécurité alimentaire ?

Selon une nouvelle étude, l’agriculture biologique peut fournir une contribution importante à l’alimentation mondiale, même s’il faut pour cela qu’elle soit associée à d’autres mesures dans le cadre d’un système alimentaire durable.

Les rendements de l’agriculture biologique sont-ils suffisants pour nourrir la population de la planète ? Des chercheurs de l’université de Klagenfurt répondent par « oui, mais.... » à cette question tout en accueillant les critiques avec compréhension.

Les chercheurs affirment que la conversion de la planète à l’agriculture biologique pourrait contribuer à la mise en place d’un système alimentaire durable pour autant qu’elle s’accompagne d’autres mesures consistant notamment à réduire d’un tiers la consommation de produits d’origine animale, à utiliser moins d’aliments concentrés et à réduire le gaspillage alimentaire.

Selon l’étude Strategies for feeding the world more sustainably with organic agriculture (Stratégies pour nourrir le monde plus durablement avec l’agriculture biologique), publiée en novembre 2017 dans Nature Communications, un tel système alimentaire a des impacts positifs sur l’environnement en évitant l’utilisation excessive d’engrais et de pesticides et en n’obligeant pas à accroître les surfaces cultivées même dans un scénario de production biologique.

Les chercheurs s’accordent cependant à dire qu’en l’absence de mesures d’accompagnement, les contempteurs de l’agriculture biologique auraient raison. Sans changement des modes de consommation, la conversion à l’agriculture biologique obligerait à augmenter les surfaces cultivées, ce qui réduirait considérablement, voire anéantirait complètement les avantages de l’agriculture biologique.

Les chercheurs soulignent que les impacts négatifs de l’agriculture sur l’environnement continueront de s’exacerber d’ici à 2050 si les prévisions de la FAO s’avèrent exactes et que les tendances actuelles se maintiennent.

Ces prévisions reposent sur une population mondiale de plus de 9 milliards de personnes et sur un renforcement des habitudes alimentaires, telles que la consommation élevée de viande, qui utilisent de façon excessive des ressources telles que l’eau, l’énergie et les terres. 

Les résultats de l’étude montrent qu’en combinaison avec certaines mesures telles que l’abandon des aliments concentrés, une consommation plus faible de produits d’origine animale et une réduction du gaspillage alimentaire, l’agriculture biologique peut jouer un rôle important dans un système alimentaire durable.

(Alpen-Adria-Universität Klagenfurt/ile)

Pour en savoir plus : Strategies for feeding the world more sustainably with organic agriculture