Elle critique également l’importance que le Plan accorde à l’infrastructure et fait remarquer que cette dernière ne doit pas nécessairement profiter aux pauvres.

Assez souvent, les populations des zones rurales craignent la construction de nouvelles routes car elles annoncent l’arrivée d’investisseurs et le processus d’accaparement des terres qui s’ensuit et qui chasse les petits exploitants agricoles de chez eux. Seuls, quelques-uns d’entre eux sont ensuite engagés sur les plantations comme travailleurs occasionnels mal payés. À ce sujet, l’application de normes internationales contraignantes est nécessaire. Madame Falk soupçonne que l’objectif du Plan Marshall dans son ensemble est d’offrir aux investisseurs de nouvelles possibilités alors que les taux d’intérêt sont négatifs. FIAN International défend au niveau mondial le droit à une alimentation suffisante.

Mike Gardner, journaliste, Bonn/Allemagne