La situation des marchés des produits agricoles 2018

Selon un rapport de la FAO, le commerce international de produits agricoles peut contribuer de manière plus importante aux efforts déployés pour lutter contre les changements climatiques et faire face à l’insécurité alimentaire. À cet effet, des politiques commerciales qui favorisent un bon fonctionnement des marchés mondiaux associées à des mesures nationales intelligentes face au climat, des investissements et des programmes de protection sociale sont nécessaires.

Selon le rapport « La situation des marchés des produits agricoles 2018 - Commerce agricole, changement climatique et sécurité alimentaire » publié par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en septembre 2018, le commerce international de produits agricoles devrait contribuer de manière plus importante à nourrir la planète.
 
En effet, le changement climatique affectera l'agriculture mondiale de manière inégale, en améliorant par exemple les conditions dans certains endroits et en ayant des répercussions négatives dans d'autres. La production alimentaire des pays situés à basse latitude sera la plus durement touchée alors que les régions ayant des climats tempérés,  pourraient constater des répercussions positives car le climat plus chaud stimulera la production agricole, note le rapport.
 
Pour relever ce défi, les règles du commerce international établies sous l'égide de l'OMC et des mécanismes plus récents créés dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat, dont le but est de lutter contre le changement climatique, peuvent s'appuyer mutuellement, souligne le rapport. Pour parvenir à cela, les politiques nationales agricoles et commerciales doivent être réajustées afin de permettre au marché mondial de devenir un pilier de la sécurité alimentaire et un outil qui facilitera l'adaptation au changement climatique.

Tendances du commerce agricole mondial

Le rapport donne également un aperçu du fonctionnement du système commercial agricole dans le monde ces dernières années. Alors que la croissance rapide du commerce agricole entre 2000 et 2008 a entraîné quelques crispations entre 2009 et 2012 puis a laissé place à une croissance plutôt médiocre depuis lors, l'essentiel à retenir est qu'en termes de valeur, le commerce agricole a augmenté de manière significative entre 2000 et 2016, passant de 570 milliards à 1,6 trillion de dollars. Selon le rapport, cette situation s'explique en grande partie par le développement économique de la Chine et par une hausse de la demande mondiale en biocarburants.
 
Le profil des économies émergentes au sein du commerce agricole mondial a fortement augmenté, avec la hausse des revenus par habitant et une réduction des niveaux de pauvreté. Cela a permis de stimuler la consommation alimentaire, les importations et la productivité agricole, entraînant ainsi une hausse des exportations alimentaires, non seulement au niveau des marchés du monde industrialisé mais aussi dans d'autres pays de l'hémisphère Sud.
 
En effet, alors que les principaux exportateurs alimentaires tels que l'Europe et les États-Unis demeurent d'importants exportateurs agricoles en termes de valeur, de nouveaux arrivants remettent leur suprématie en question.
 
(FAO/ile)
 
Pour en savoir plus et télécharger le rapport : www.fao.org/news/story/fr/item/1152939/icode/