03.05.2019

Lors d’expériences sur l’alimentation, ils ont également mesuré le temps qu’il leur faut pour disséminer les graines après avoir ingéré les fruits. Ces expériences ont montré que les animaux n’excrètent qu’une partie des graines, et après un certain  temps, ce qui facilite leur dissémination sur de vastes distances.

Grâce aux données collectées sur les déplacements des chauves-souris et sur les périodes d’excrétion des graines, les chercheurs ont pu calculer le potentiel d’une colonie pour disséminer des graines sur de longues distances et les transporter jusque dans des zones déboisées. Ils ont ainsi pu constater qu’une colonie de 150 000 roussettes paillées pouvait disséminer plus de 300  000 graines en une seule nuit.

« La roussette paillée d’Afrique dissémine surtout des graines d’arbres à croissance rapide, ce qui crée un environnement propice à l’établissement et la croissance d’autres essences, » explique Dina Dechmann de l’Institut Max Planck d’ornithologie à Radolfzell. « La quantité de graines ainsi dispersées est suffisante pour reboiser 800 hectares de forêts par an, rien qu’au Ghana.