03.05.2019

Lorsqu’elle vit en colonie et que la concurrence qu’elle livre aux autres pour se nourrir est rude, elle peut parcourir jusqu’à 95 kilomètres pour trouver les arbres fruitiers qui lui conviennent et ne retourner sur son perchoir que le lendemain matin. Elle excrète dans ses crottes les graines des fruits qu’elle consomme et les dissémine sur de vastes superficies en cours de route.

La roussette paillée contribue ainsi à la protection des espèces et à la diversité génétique des forêts qui ne peuvent prospérer que si des frugivores tels qu’elle assurent des services de dissémination des graines. Grâce au transport longue distance assuré par les chauves-souris, les graines peuvent germer et des arbustes pousser dans des environnements où il n’y a pas de concurrence directe avec d’autres essences, et à l’abri des herbivores spécialisés dans leur consommation. De nouvelles forêts peuvent ainsi pousser, même dans des zones défrichées.

Dispersion de graines à grande échelle

Les chercheurs ont utilisé des émetteurs GPS pour suivre la trajectoire de vol des roussettes paillées.