Des participants contrôlent des plans de pomme de terre sur le site de la conférence «Domäne Dahlem».
Photo: © giz/Christian Thiel
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
La pomme de terre est, par ordre d’importance, la quatrième denrée alimentaire du monde mais à ce jour elle ne figure toujours pas dans le débat sur la sécurité alimentaire. À Berlin, un forum d’experts a examiné la possibilité de réparer cet oubli.

 le sillage de la crise alimentaire de 2007/2008, la communauté internationale a une fois de plus porté une attention particulière aux régions rurales et à la sécurité alimentaire.
« Toutefois, malgré le grand nombre de réunions organisées au niveau de la recherche internationale, nous n’avons pas réussi à faire figurer ce sujet à l’ordre du jour des responsables politiques, » déclare Pamela Anderson, directrice générale du Centre international de la pomme de terre (CIP), basé au Pérou, qui fait remarquer que la notion de sécurité alimentaire est presque toujours associée au riz, au maïs et au blé. Malgré son potentiel, qui est considérable, la pomme de terre est ignorée. La conférence sur le potentiel de la pomme de terre pour l’Afrique (The potential of the potato for Africa), organisée par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) à Berlin au début de juin 2013, avait pour objectif de préciser comment, et dans quelle mesure, la pomme de terre peut contribuer à la sécurité alimentaire et à l’accroissement des revenus des petits exploitants agricoles, notamment.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>