10.04.2018

Il pense que l’extensification de l’agriculture par le biais de l’agriculture biologique n’est pas la bonne solution. Si, en Europe, l’agriculture était à 100 pour cent biologique, la superficie virtuelle utilisée pour les importations atteindrait 70 millions d’hectares.

Harald von Witzke a conseillé d’accroître la productivité dans la superficie totale cultivée actuelle et d’avoir recours aux innovations disponibles en matière de pesticides et d’herbicides, de génie génétique et de numérisation, ainsi qu’aux semences et engrais modernes, aussi bien en Europe que dans les pays en développement. La condition préalable à cela est le libre accès aux ressources. Il est aujourd’hui évident que parmi les pays et régions en développement, ceux qui peuvent faire valoir une bonne gouvernance, une économie de marché et une main-d’œuvre qualifiée sont ceux qui progressent le plus.

Roland Krieg, journaliste, Berlin/Allemagne