10.04.2018

Maria Blanco a néanmoins soutenu qu’il faudrait que certains éléments changent. Malheureusement, les États membres se sont à nouveau fermement prononcés pour les paiements couplés, ce qui a contribué à maintenir la production à un niveau constant et à mettre la pression sur les prix pour les agriculteurs, dans et hors de l’Union européenne. Maria Blanco a toutefois félicité l’Allemagne de ne plus avoir de paiements couplés à la production.

Néanmoins, cela n’est pas pour autant une garantie de croissance. En effet, selon Maria Blanco, lorsque les paiements ne dépendent pas de la production, moins d’aliments protéiques pour animaux sont produits et la demande doit être couverte par les importations, ce qui met la pression sur les ressources naturelles des pays de la région. Par conséquent, pour Maria Blanco, il faut clairement déterminer quels produits sont soutenus par des paiements couplés, dans quelles régions et pour combien de temps.