Le dernier rapport des Nations unies sur les OMD fait état d’une forte réduction des taux de mortalité des femmes enceintes et des enfants au cours des quatorze dernières années.
Photo: © DFID/Kenya (flickr.com)

La plupart des Objectifs du Millénaire pour le développement peuvent être atteints

Selon le rapport 2014 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, les vies de millions de personnes se sont améliorées grâce aux efforts concertés déployés à l’échelle mondiale, régionale, nationale et locale pour atteindre les OMD. Ces efforts constituent le socle du prochain programme de développement mondial – les objectifs de développement durable.

Le dernier rapport des Nations unies sur les OMD, le rapport 2014 sur les objectifs du Millénaire pour le développement, a été présenté le 7 juillet par Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations unies, au siège de l’ONU à New York. Alors que de nombreuses cibles des OMD ont déjà été atteintes – sur la réduction de la pauvreté, l’accès à une eau potable de meilleure qualité, l’amélioration des conditions de vie des habitants des bidonvilles et l’égalité filles-garçons dans l’enseignement primaire – le nouveau rapport fait remarquer que de nombreuses autres cibles peuvent être atteintes avant la date butoir de 2015. Si les tendances actuelles se poursuivent, les cibles des OMD concernant le paludisme, la tuberculose et l’accès au traitement du VIH seront atteintes et dépassées. La cible concernant la réduction de la faim semble également à portée de main. 

Le rapport sur les OMD, qui s’appuie sur des statistiques officielles exhaustives, dresse un état des lieux actualisé de tous les objectifs et des progrès réalisés par rapport à leurs cibles spécifiques aux niveaux mondial et régional. Ses conclusions montrent que les efforts concertés des gouvernements nationaux, de la communauté internationale, de la société civile et du secteur privé pour atteindre les cibles des OMD ont donné des résultats en réduisant de manière considérable le nombre de personnes vivant dans une extrême pauvreté et en améliorant leur avenir. 

Le Secrétaire général des Nations unies a déclaré que « les Objectifs du Millénaire pour le développement constituaient un engagement pour soutenir les principes de la dignité humaine, de l’égalité et de l’équité, et libérer le monde de l’extrême pauvreté, » avant d’ajouter que les OMD, comprenant huit objectifs et un ensemble de cibles assortis de délais, constituaient un plan directeur visant à régler les problèmes de développement les plus urgents de notre époque. 

Selon le rapport, les progrès considérables enregistrés dans la réalisation des OMD se poursuivent. Au cours des vingt dernières années, la probabilité qu’un enfant meure avant l’âge de cinq ans a pratiquement été réduite de moitié, ce qui veut dire que près de 17 000 enfants sont sauvés chaque jour. Au plan mondial, le taux de mortalité maternelle a diminué de 45 pour cent entre 1990 et 2013. Le traitement antirétroviral des personnes infectées par le VIH a permis de sauver 6,6 millions de vies depuis 1995 et on pourrait en sauver bien plus en élargissant l’accès à ces programmes. Entre 2000 et 2012, grâce à l’intensification de la lutte contre le paludisme, environ 3,3 millions de décès ont été évités, alors que depuis 1995, les efforts pour combattre la tuberculose ont sauvé près de 22 millions de vies.

Les cibles des OMD ayant été fixées pour la fin de 2015, les États membres des Nations unies envisagent actuellement de définir un ensemble élargi d’objectifs qui devrait recevoir l’agrément des leaders mondiaux en septembre 2015. Le Secrétaire général des Nations unies fait remarquer que les États membres sont maintenant pleinement engagés dans des discussions pour définir des objectifs de développement durable qui seront à la base du programme universel de développement de l’après-2015.

Toutefois, le rapport prévient également que malgré des avancées considérables, certaines cibles ne seront sans doute pas atteintes d’ici à 2015 alors même qu’elles concernent des problèmes qui pourraient être évités et pour lesquels il existe des solutions, par exemple réduire la mortalité maternelle et infantile et améliorer l’accès aux services d’assainissement. Selon le rapport, près de 300 000 femmes sont mortes en 2013 de complications liées à la grossesse et à l’accouchement et des affections évitables telles que la diarrhée et la pneumonie sont les principales causes de décès chez les enfants de moins de cinq ans. Il attire également l’attention sur les lacunes nutritionnelles : en 2012, on estimait à 25 pour cent la proportion d’enfants de moins de cinq ans souffrant de retard de croissance, c’est-à-dire n’ayant pas une taille suffisante pour leur âge. Si cette proportion est en net recul par rapport aux 40 pour cent enregistrés en 1990, la sous-alimentation chronique touche encore 162 millions de jeunes enfants alors qu’elle pourrait être évitée. 

En ce qui concerne l’assainissement, le rapport note que, malgré une amélioration de l’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires, un milliard de personnes n’ont d’autres solutions que de déféquer en plein air. Et la grande majorité (82 pour cent) de ces personnes vit dans des pays très peuplés, l’Inde par exemple, qui sont aujourd’hui des pays à revenu moyen.

Le rapport demande à toutes les parties prenantes d’intensifier leurs efforts et de les axer sur les domaines dans lesquels les progrès ont été trop lents, voire totalement nuls.
 

Déclaration critique de la Deutsche Welthungerhilfe

La Deutsche Welthungerhilfe a réservé un accueil mitigé au dernier rapport des Nations unies sur les Objectifs du Millénaire pour le développement. Cette ONG allemande salue les réussites mentionnées dans le rapport, par exemple la réduction de moitié de la pauvreté à l’échelle mondiale, l’amélioration de l’accès à l’eau potable, l’accroissement des taux de scolarisation et la lutte contre le VIH/sida. 

Welthungerhilfe note néanmoins que l’objectif consistant à réduire de moitié la proportion de personnes sous-alimentées et souffrant de la faim dans le monde n’est toujours pas atteint. Les progrès dans le domaine de l’élimination de la faim ont ralenti. Pour la Welthungerhilfe, il est très peu probable que l’objectif de réduction de moitié de la prévalence de la faim d’ici à 2015 soit atteint. Wolfgang Jamann, secrétaire général de Welthungerhilfe, soutient qu’il faut encore donner la priorité au droit de l’homme à l’alimentation dans la prochaine phase du programme. Il souligne également le fait qu’environ deux millions de personnes souffrent toujours de carences en fer, en vitamine A et autres éléments nutritifs essentiels. La lutte contre ce type de « faim invisible », qui entraîne des retards de croissance chez les enfants ainsi que d’autres problèmes, doit rester une priorité essentielle des efforts à venir. 


(wi/UN/DWH)
 

Pour en savoir plus : UN