Distribution d’aliments dans la région Somali, Éthiopie 2017.
Photo: © FAO/IFAD/WFP/Michael Tewe

La faim en progression depuis trois ans

Le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde est en progression depuis 2014. En 2017, le nombre de personnes sous-alimentées s’établissait, d’après les estimations, à 821 millions, ce qui est dû aux effets cumulés du changement climatique, aux conflits et au ralentissement de la croissance économique.

La faim continue de progresser, et plus de 821 millions de personnes, soit environ une personne sur neuf dans le monde, étaient sous-alimentées. C’est là le triste bilan du rapport L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018, qui a été conjointement publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en septembre 2018.
 
La faim est en hausse depuis ces trois dernières années, marquant de ce fait une régression vers les niveaux enregistrés il y a près de dix ans. Cette évolution entrave l’atteinte de l’objectif de développement durable « Faim zéro » d’ici à 2030. Selon le rapport, la sous-alimentation et une insécurité alimentaire sévère semblent être en progression dans presque toutes les régions d’Afrique de même qu’en Amérique du Sud, alors que la situation de sous-alimentation est stable dans la plupart des régions d’Asie.

La lutte contre la malnutrition progresse lentement

Des progrès limités ont également été observés en matière de lutte contre les différentes formes de malnutrition, qui vont du retard de croissance chez l'enfant à l'obésité adulte, une situation qui menace la santé de centaines de millions de personnes. Près de 151 millions d'enfants âgés de moins de cinq ans sont trop petits pour leur âge, en raison de la malnutrition en 2017. Ils étaient 165 millions en 2012.
 
D'un point de vue mondial, l'Afrique et l'Asie représentent respectivement 39 et 55 pour cent du total des enfants accusant un retard de croissance. La prévalence d'émaciation chez l'enfant demeure extrêmement élevée en Asie où presqu'un enfant sur dix âgé de moins de cinq ans pèse peu pour sa taille. Ils sont un sur cent en Amérique latine et dans les Caraïbes.
 
Une femme sur trois dans le monde en âge de procréer souffre d'anémie, ce qui comporte des conséquences importantes sur la santé et sur le développement, que ce soit pour les femmes ou pour leurs enfants. Aucune région n'a montré de déclin en ce qui concerne le taux d'anémie chez les femmes en âge de procréer et la prévalence en Afrique et en Asie est trois fois plus élevée qu'en Amérique du Nord.

Les changements climatiques favorisent la faim

Les changements climatiques compromettent déjà la production de cultures importantes dans des régions tropicales et tempérées et si l'on ne renforce pas la résilience face au climat, la situation devrait s'aggraver, tandis que les températures augmentent et deviennent plus extrêmes. Les analyses proposées dans le rapport révèlent que la prévalence et le nombre de personnes sous-alimentées tendent à être plus importants dans les pays fortement exposés aux extrêmes climatiques.
 
Le taux de sous-alimentation est encore plus considérable lorsque l'exposition aux extrêmes climatiques est associée à une forte proportion de la population dépendante de systèmes agricoles particulièrement sensibles aux précipitations et à la variabilité climatique.
 
Affectant les zones de cultures agricoles, les températures continuent de dépasser la moyenne à long terme pour la période allant de 2011 à 2016, entraînant ainsi une multiplication des périodes de chaleur extrême ces cinq dernières années. Les saisons des pluies connaissent également une évolution avec un début précoce ou tardif et une répartition inégale des précipitations d'une saison à l'autre.
 
Les personnes vivant en milieu rural sont très vulnérables aux chocs climatiques. Leurs incidences néfastes sur la production agricole impactent également négativement la demande de main d’œuvre agricole, ce qui indirectement entrave l’accès des travailleurs agricoles ruraux à des aliments et à des revenus.

L’obésité s’aggrave également

L'obésité chez les adultes s'aggrave et plus d'un adulte sur huit dans le monde est obèse. Le problème est particulièrement grave en Amérique du Nord mais, d'après le rapport, l'Afrique et l'Asie connaissent également une tendance vers la hausse.
 
La sous-alimentation et l'obésité coexistent dans de nombreux pays et peuvent même être vus côte à côte dans le même foyer. Un accès limité à une nourriture saine en raison des coûts élevés, le stress de l'insécurité alimentaire et les adaptations physiologiques au manque de nourriture permettent d'expliquer pourquoi les familles confrontées à l'insécurité alimentaire sont probablement encore plus vulnérables face aux risques de surpoids et d'obésité.
 
(FAO/ile)
 
Pour en savoir plus et pour télécharger le rapport : www.fao.org/news/story/fr/item/1152102/icode/