Distribution d’aliments dans la région Somali, Éthiopie 2017.
Photo: © FAO/IFAD/WFP/Michael Tewe
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
Le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde est en progression depuis 2014. En 2017, le nombre de personnes sous-alimentées s’établissait, d’après les estimations, à 821 millions, ce qui est dû aux effets cumulés du changement climatique, aux conflits et au ralentissement de la croissance économique.

La faim continue de progresser, et plus de 821 millions de personnes, soit environ une personne sur neuf dans le monde, étaient sous-alimentées. C’est là le triste bilan du rapport L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2018, qui a été conjointement publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en septembre 2018.
 
La faim est en hausse depuis ces trois dernières années, marquant de ce fait une régression vers les niveaux enregistrés il y a près de dix ans. Cette évolution entrave l’atteinte de l’objectif de développement durable « Faim zéro » d’ici à 2030. Selon le rapport, la sous-alimentation et une insécurité alimentaire sévère semblent être en progression dans presque toutes les régions d’Afrique de même qu’en Amérique du Sud, alors que la situation de sous-alimentation est stable dans la plupart des régions d’Asie.

La lutte contre la malnutrition progresse lentement

Des progrès limités ont également été observés en matière de lutte contre les différentes formes de malnutrition, qui vont du retard de croissance chez l'enfant à l'obésité adulte, une situation qui menace la santé de centaines de millions de personnes.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>