À ce sujet, le projet a déjà obtenu certains résultats :

  • les représentants élus au niveau local soutiennent le concept de schémas d’aménagement transfrontalier intégrés (SATI) et assurent son développement au niveau politique ; 
  • quatre collectivités territoriales font énergiquement campagne pour le développement et souhaitent jouer un rôle majeur dans le processus de décentralisation ;
  • des associations faitières ont été créées et sont officiellement reconnues ;
  • par l’intermédiaire du PCTL, un dialogue a été instauré entre les acteurs locaux et les décideurs régionaux. Par exemple, les maires de plusieurs petites communautés ont participé à des processus décisionnels stratégiques (p. ex., attributions de marchés publics, présentation des SATI, etc.) ;
  • au niveau des États, des accords bilatéraux de coopération transfrontalière ont été signés, par exemple entre le Mali et le Burkina Faso en 2016. Les trois pays concernés ont créé la Zone économique spéciale (SIKABO) en 2018.

Au total, au cours des prochaines années, environ 79 millions de francs suisses - CHF - (45 670 millions de francs CFA) doivent être investis dans le PCTL.