Crépuscule sur la planète lors de la conférence sur le climat de Bonn.
Photo: © Gianni Maier
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>
La COP 23, conférence de deux semaines sur le climat, s’est achevée à la mi-novembre 2017. Les participants n’en sont pas repartis bredouilles mais ont laissé derrière eux de nombreuses questions restées sans réponse. Ils prévoient de poursuivre le débat selon le concept du dialogue « Talanao » jusqu’à ce qu’ils se rencontrent à nouveau, l’année prochaine, à Katowice, Pologne.

Organisée à Bonn, Allemagne, la Conférence sur le climat a pris fin le 18 novembre 2017, et des avancées ont été faites dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Néanmoins, les résultats obtenus n’ont pas répondu aux attentes.

Le Dr. Bernd Bornhorst, président du conseil d’administration de VENRO, l’association des organisations non gouvernementales (ONG) allemandes pour le développement et l’aide humanitaire, s’est dit déçu de ce que « les nations industrialisées ne se soient pas attaquées à la question urgente du paiement des dommages et des pertes imputables au changement climatique. »

L’organisation non gouvernementale CARE a également fait remarquer que les tensions constantes entre les pays en développement et les pays industrialisés montrent à quel point l’accord mondial sur le climat a besoin d’une gestion, d’un leadership et d’une volonté politique bien plus forts qu’aujourd’hui.

D’importants progrès ont été réalisés concernant le « rulebook », ensemble des dispositions de mise en œuvre de l’Accord de Paris.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>