Les insectes tels que la punaise puante pourraient contribuer à la sécurité alimentaire mondiale

Les insectes tels que la punaise puante pourraient contribuer à la sécurité alimentaire mondiale.
Photo: © Gouvernement du B.C.

La consommation de punaises puantes pourrait améliorer la santé en Afrique

Une nouvelle étude menée par des scientifiques africains a identifié des éléments nutritifs essentiels dans un insecte comestible connu sous le nom de punaise puante et suggèrent d’en faire une nouvelle source de nourriture pour aider à satisfaire la demande de produits alimentaires d’une population humaine en constante augmentation.

La punaise puante comestible est largement répandue dans les forêts, les savanes et brousses subtropicales du Zimbabwe et de provinces septentrionales d’Afrique du Sud. Cet insecte joue un rôle important dans les efforts déployés pour parvenir à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et comme source de revenus pour les communautés rurales.

Dans une nouvelle étude sur la valeur nutritionnelle des punaises puantes, des chercheurs du Kenya et du Zimbabwe ont sélectionné dix acides gras, dont sept sont réputés être des acides gras essentiels à la nutrition et à la santé humaine, de même que quatre flavonoïdes et douze acides aminés, dont deux sont considérés comme étant les principaux acides aminés déficitaires dans les régimes alimentaires à base de céréales.

Les scientifiques avaient récolté des punaises puantes, connues scientifiquement sous le nom latin d’Encosternum delegorguei, dans la forêt Jiri au sud-est du Zimbabwe au cours du mois de juin 2014, mois au cours duquel la masse grasse abdominale des insectes est la plus élevée. Les chercheurs ont créé quatre quadrants de récolte qui couvraient la totalité de la forêt. Dans chaque quadrant, ils ont prélevé des punaises puantes se trouvant sur les branches d’un échantillon aléatoire de dix arbres. Les scientifiques voulaient établir quels étaient les composants chimiques des insectes tels que les antioxydants, les acides aminés, les acides gras essentiels et les toxines.
 
« Nous avons trouvé des taux élevés de protéines, d’acides gras et de substances chimiques anti-inflammatoires tel que les flavonoïdes » explique Baldwyn Torto, un scientifique du Centre international de physiologie et d’écologie des insectes (Center for Insect Physiology and Ecology, icipe) basé au Kenya et auteur-ressource de l’étude. Il ajoute que la punaise puante comestible a le potentiel d’atténuer les carences en nutriments au sein des communautés d’Afrique dans lesquelles les sources végétales et animales de tels éléments sont limitées.
 
La punaise puante tire l’origine de son nom dans le liquide malodorant, mais inoffensif, que l’insecte éjecte quand il se sent menacé.
 
Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la production de 70 pour cent d’aliments supplémentaires permettrait de satisfaire la demande de la population humaine mondiale qui, selon les estimations, atteindra 9 milliards de personnes d’ici 2050. Les insectes comestibles pourraient contribuer à la sécurité alimentaire mondiale, explique Torto et d’ajouter que la plupart des communautés ne connaissent pas les insectes comestibles qui ont une véritable valeur nutritive et qui ont des effets bénéfiques pour la santé humaine. « C’est là le but de notre recherche, qui est de contribuer à la sécurité alimentaire et à la création de revenus dans les communautés… du continent africain. Certains aliments traditionnels incluant des insectes, tels que la punaise puante comestible, ont une valeur nutritive élevée, sont bénéfiques à la santé humaine et devraient être intégrés au régime alimentaire de base », soutient Torto.

« Nous recommandons en outre de créer une base de données répertoriant tous les insectes consommés en Afrique afin de permettre aux scientifiques d’étudier leurs avantages pour la nutrition et la santé et d’élaborer des méthodes en vue de permettre leur élevage en masse et leur transformation » ajoute Torto.
 
(ScidDev/wi)

Pour en savoir plus (en anglais):

Robert Musundire et al.: Aflatoxin contamination detected in nutrient and anti-oxidant rich edible stink bug stored in recycled grain containers (PloS ONE, 5 janvier 2016)