Gerd Müller, ministre du développement, Giovanie Biha, secrétaire exécutive adjointe de la CEA, et Joachim von Amsberg, vice-président de la Banque mondiale, lors de la cérémonie de signature du NELGA.
Photo: © Ute Grabowsky/photothek.net

La CEA, l'Allemagne et la Banque mondiale lancent le réseau d'excellence sur la gouvernance foncière

La Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA), le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et la Banque mondiale ont signé une déclaration d'intention en vue de la création d'un nouveau Réseau d'excellence sur la gouvernance foncière en Afrique (NELGA) pour mieux protéger les droits fonciers en Afrique.

L'Allemagne, en association avec la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique (CEA) et la Banque mondiale, va créer un nouveau Réseau d'excellence sur la gouvernance foncière en Afrique, baptisé NELGA. Cette annonce a fait l'objet d'un communiqué de presse conjoint publié fin juillet. Le NELGA complètera et appuiera l'Initiative sur les politiques foncières (LPI), un partenariat tripartite entre la Commission de l'Union africaine (CUA), la Banque Africaine de Développement (BAD) et la CEA.

Mme Giovanie Biha, secrétaire exécutive adjointe de la CEA, s'est félicitée de la signature de cet accord, notant qu'il répond aux objectifs de l'Agenda 2063 qui demande d'« accroître et de soutenir les investissements dans l'enseignement supérieur, les technologies scientifiques et la recherche ». Elle note également que le partenariat est en phase avec la stratégie de la CEA qui vise la création de partenariats avec des partenaires de développement afin de générer des connaissances (fondées sur des statistiques consistantes) et d'améliorer la diffusion de conclusions et de bonnes pratiques pour améliorer la formulation des politiques foncières.

« Garantir l'accès aux terres et autres ressources naturelles est d'importance capitale pour les populations des régions rurales africaines, a indiqué M. Gerd Müller, ministre fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, en rendant hommage à l'initiative NELGA. Apprendre aux décideurs politiques à formuler des politiques foncières justes, transparentes et axées sur le développement, le tout de manière participative, devrait largement contribuer à la sécurité alimentaire et au développement du secteur agricole, particulièrement pour les petits exploitants. »

Vice-président de la Banque mondiale, M. Joachim von Amsberg a noté que l'amélioration de la gouvernance foncière est un investissement intelligent pour le développement. L'instauration d'une bonne gouvernance foncière est, en effet, favorable pour l'investissement et la productivité agricole, cruciale pour le développement du secteur financier et le contrôle de l'expansion urbaine et source de revenus nationaux. « Dans la mesure où il renforce les capacités analytiques, encourage le suivi, favorise le dialogue politique et facilite l'intégration de la gouvernance foncière dans les stratégies nationales, le NELGA devrait conduire au déblocage d'investissements beaucoup plus importants en faveur des opérations de renforcement de la gouvernance foncière, a ajouté M. von Amsberg. La Banque mondiale s'engage à appuyer ces efforts en participant au renforcement des capacités de collecte de données et de recherche. »

Le NELGA appuiera l'Agenda foncier de l'Union africaine, en particulier l'utilisation du document « Cadre et lignes directrices pour les politiques foncières en Afrique » et des Directives volontaires sur la gestion responsable du mode de possession des terres et des autres ressources naturelles (VGGT). Il est conçu pour renforcer les capacités humaines et institutionnelles de formulation, de mise en œuvre et de suivi de politiques foncières africaines favorables à la croissance économique, équitables, sensibles au genre et prenant en charge les groupes marginalisés.
Le NELGA fonctionnera comme un réseau entre les principaux établissements africains d'enseignement et de recherche et fera le lien avec la société civile, le secteur privé, les professionnels du foncier et les décideurs afin de combler les lacunes en matière de formation, de statistiques et de recherche sur la gouvernance foncière. Un programme de bourses mis en place par le service allemand d'échanges universitaires (DAAD) créera de nouvelles opportunités de formation et de recherche pour les chercheurs et les professionnels africains du foncier.

L'Allemagne et la Banque mondiale en ont profité pour réaffirmer leur soutien à l'Initiative sur les politiques foncières et pour lancer un appel à d'autres partenaires de financement afin que le NELGA puisse subvenir à ses besoins et mener à bien sa mission de protection des droits fonciers de toutes les populations, notamment des personnes pauvres et marginalisées.

(BMZ/wi)