15.04.2019

De plus, les filles mariées courent un risque plus élevé de violences sexospécifiques que les femmes en général.

iii) Faibles niveaux d’éducation. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) estime qu’en Afrique sub-saharienne, au moins la moitié des jeunes ne sont pas scolarisés. Pour cette raison, un nombre énorme de jeunes sont incapables d’exploiter leur potentiel et, par conséquent, ne contribuent pas à la croissance économique du pays. Le mariage des enfants déscolarise les filles et a des chances de démarrer un cycle de réduction des perspectives d’éducation pour la prochaine génération. Par conséquent, dans de nombreux cas, les filles mariées ainsi que leurs enfants restent dans un cercle vicieux de pauvreté et leur contribution potentielle au développement national n’est pas utilisée. C’est pourquoi, lorsque nous nous attaquons au problème du mariage des enfants, nous devons non seulement nous adresser aux ministres de la Condition féminine et du Bien-être social, mais aussi aux ministres des Finances, de l’Éducation et de la Planification.

Le dividende démographique et les efforts de l’Afrique

Comme nous l’avons brièvement indiqué ci-dessus, le problème est particulièrement répandu en Afrique, notamment dans les zones rurales.