Guide pratique Cartographie et surveillance des tourbières

Les tourbières possèdent un grand potentiel d‘influencer les émissions mondiales de gaz à effet de serre, expliquent les auteurs de ce rapport, qui appellent à la gestion durable des tourbières pour éviter la dégradation de ces précieux écosystèmes.

Les tourbières ne recouvrent que trois pour cent de la surface terrestre mais contiennent pourtant autant de carbone que l'ensemble de la végétation de la planète, soulignant ainsi leur rôle majeur en matière de régulation du climat mondial. Le fait qu'elles se dégradent, suite aux drainages, aux incendies ou à d'autres facteurs, les transforme et, de réservoirs de carbone fonctionnant relativement lentement, à sources rapides capables de libérer en quelques dizaines d'années le carbone stocké pendant des millénaires. Il est nécessaire de procéder à une cartographie et à un suivi des tourbières pour éviter qu'elles se dégradent, et de planifier de manière efficace leur restauration.

Pour aider ses États membres à réaliser cette tâche complexe, l’Organisation des Etats Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié en Mars 2020 le Guide pratique Cartographie et surveillance des tourbières (Peatland mapping and monitoring), qui fournit des informations techniques sur les tourbières du monde entier et des recommandations sur la manière de gérer ces écosystèmes particuliers. 

La publication est le fruit d'un travail collectif de 35 auteurs experts issus de 14 pays et s'inspire d'études menées dans des pays tropicaux riches en tourbières, comme l'Indonésie, la République démocratique du Congo et le Pérou, ainsi que d'autres régions caractérisées par un climat tempéré.

Cartographie précise des tourbières á l’échelle mondial


Disposer d'une cartographie précise des tourbières est une condition préalable pour surveiller de manière efficace les transformations des tourbières. Pour que les pays arrivent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et les risques d'incendies, la surveillance des tourbières, et particulièrement de leur niveau d'eau, s'avère être une condition fondamentale. 

Cette tâche implique des relevés par satellite et terrestres. Pour faciliter l'accès des pays à l'imagerie de haute qualité, la FAO a mis au point un module de pointe afin de suivre la restauration des tourbières. Le module accessible par le biais de SEPAL, un outil géospatial de la FAO, a été utilisé pour la première fois avec succès en Indonésie par l'Agence indonésienne de restauration des tourbières et par le Ministère indonésien de l'environnement et des forêts. Le module de suivi des tourbières fournit des informations ponctuelles sur l'humidité du sol et permet de détecter les drainages et de suivre les efforts de restauration. Les cartes sur l'humidité des sols peuvent être actualisées tous les quinze jours grâce à l'imagerie Sentinel-1 de l'Agence spatiale européenne.

« Le module du suivi des tourbières en libre accès sur la plateforme SEPAL sera ultérieurement amélioré afin de répondre aux besoins du bassin du Congo, et permettre de détecter et d'affronter les transformations potentielles et d'éviter les incendies », a déclaré M. Julian Fox, chef d'équipe à la FAO chargé de la surveillance nationale des forêts. « De même, le Pérou travaille à la mise au point d'une méthodologie nationale de cartographie des tourbières qui permet d'agir de manière plus ciblée afin de mieux protéger et gérer les tourbières des régions côtières, des Andes et de l'Amazonie. Ces pays et d'autres organisations partenaires de l'Initiative mondiale sur les tourbières ouvriront la voie à d'autres actions sur les tourbières, » a-t-il ajouté.

(FAO/wi)

Pour en savoir plus: FAO website