Village de Lemusa, en Sulawesi central, Indonésie, dévasté par une crue subite. Le changement climatique devrait augmenter le nombre et l’intensité des crues dans de nombreuses régions du monde.
Photo: © IFAD/ Roger Arnold

« Grosse déception » : Les États-Unis se retirent de l’Accord de Paris

Les États-Unis ont annoncé leur retrait de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Cet accord est une étape majeure dans la lutte contre le changement climatique et la décision des États-Unis est accueillie avec une grande incompréhension.

Le 1er juin 2017, Donald Trump, président des États-Unis, a annoncé que son pays se retirait de l’Accord de Paris sur le changement climatique. Il a pris cette décision alors que les États-Unis comptent parmi les plus importants émetteurs de gaz à effet de serre. Le président Trump a annoncé qu’il « entamerait des négociations pour réintégrer l’Accord de Paris ou un autre accord entièrement nouveau à des conditions qui soient justes pour les États-Unis… Si c’est possible, ce sera très bien. Et si ce n’est pas possible, ce sera bien malgré tout. »

António Guterres, Secrétaire général des Nations-unies, a dit que la décision des États-Unis de se retirer de l’Accord de Paris sur le changement climatique était une déception majeure pour tous ceux qui, à l’échelle mondiale, luttent pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et défendent la sécurité mondiale.
Le Secrétaire général s’est dit confiant que des villes, des États et des entreprises des États-Unis – avec les autres pays – continueront de faire preuve d’une vision et d’un leadership dans ce domaine en œuvrant pour une croissance économique résiliente, à faibles émissions de carbone, qui créera des emplois et des marchés de qualité pour la prospérité du vingt-et-unième siècle. Il a rappelé à quel point il est important que les États-Unis restent un leader en matière d’environnement.
L’annonce de la décision des États-Unis de se retirer de l’Accord de Paris a été accueillie avec une grande incompréhension. Ainsi, Bernd Bornhorst, président du conseil d’administration de VENRO (Verband Entwicklungspolitik und Humanitäre Hilfe – organisation regroupant des ONG d’aide humanitaire et au développement en Allemagne) a déclaré :

« Avec le retrait des États-Unis de la Convention sur le changement climatique, Trump est finalement entré dans l’ère post-factuelle. Cette annonce est un mauvais coup porté à la protection climatique au niveau mondial et aux efforts de la communauté internationale pour trouver, ensemble, des solutions au plus gros problème de l’histoire humaine.

Il est d’autant plus important que les autres pays industrialisés mettent en œuvre des plans ambitieux visant à atteindre les objectifs fixés à Paris. Les engagements clairs et particulièrement bienvenus de l’Union européenne et des pays membres du G20 après l’annonce de Trump doivent maintenant être suivis d’effets. »

(un/venro/ile)