15.04.2019

Nous étudions ces mythes dans un récent article paru dans Global Food Security (Doss et al., 2018) et dans lequel nous avons fortement puisé pour rédiger le présent article.

Mythe 1 : 70 pour cent des pauvres de la planète sont des femmes

Commençons par le mythe selon lequel les femmes représentent 70 pour cent des pauvres de la planète. Il est bien connu que les femmes et les filles sont désavantagées pour ce qui est de la scolarité, des terres, des biens, d’avoir leur mot à dire dans leur ménage et dans la société, mais il n’existe aucune donnée étayant cette allégation. Les mesures de la pauvreté sont calculées à partir de données sur les revenus et les dépenses, données qui sont généralement collectées au niveau du ménage et non pas au niveau individuel. Pour affirmer quoi que ce soit sur les niveaux de pauvreté des femmes, on classifie généralement les ménages selon le sexe du chef de ménage ou on fait des hypothèses sur la répartition des ressources au sein du ménage – deux formules qui ne peuvent donner satisfaction.

Le mythe lui-même a des implications démographiquement irréalistes.