Benjamin Davis, responsable du Programme stratégique de réduction de la pauvreté rurale de la FAO, parlant au séminaire.
Photo: © Thomas Ecke/GIZ

Événement : La protection sociale au service de l'agriculture

Comment la sécurité alimentaire et nutritionnelle peut-elle tirer profit des systèmes de protection sociale tels que les transferts monétaires, les travaux publics et les programmes d'alimentation scolaire ? Tel était le thème central d'un séminaire de la GIZ qui s'est déroulé en juillet à Eschborn, en Allemagne.

S'ils sont bien conçus, les systèmes de protection sociale tels que les transferts monétaires, les travaux publics et les programmes d'alimentation scolaire offrent d'énormes possibilités de réduire la pauvreté et d'accroître la sécurité alimentaire et nutritionnelle des personnes ultrapauvres, et dans la plupart des contextes ! ― C'est là le message qui a été délivré lors d'un séminaire qui s'est tenu le 7 juillet 2016 dans les locaux du siège de la GIZ, à Eschborn, en Allemagne.

Benjamin Davis, responsable du Programme stratégique de réduction de la pauvreté rurale de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en a apporté la preuve. En s'appuyant sur des exemples tirés du projet de la FAO « De la protection à la production » (From Protection to Production’ - PtoP), qui provenaient la plupart d'Afrique subsaharienne, il a illustré les impacts de la protection sociale sur les moyens d'existence ainsi que les effets de long terme su l'amélioration du capital humain, du statut nutritionnel et de l'état de santé. Les transferts sociaux ont atténué les contraintes provoquées par les défaillances du marché et ont entraîné des accroissements de la production et des investissements à la fois dans les exploitations et en dehors. Ces transferts ont permis aux ménages de gérer plus facilement les risques grâce au renforcement des réseaux sociaux et à des mécanismes d'assurance informels qui ont été leurs premières lignes de défense pour affronter les chocs.

Comme l'a souligné Davis, les programmes de protection sociale ont également stimulé la demande de biens et de services locaux, ce qui a eu des retombées positives sur la communauté locale. « La protection sociale traite des aspects liés à l'accès et aux risques, mais d'autres mesures nutritionnelles, spécifiques et complémentaires, sont nécessaires pour réduire la malnutrition. Pour faire face aux problèmes de pauvreté et de sécurité alimentaire à long terme, il faut mettre en place des programmes agricoles ET des services sociaux afin d'atténuer les contraintes structurelles ». À mesure que l'économie se développe, il est également important de ne pas oublier l'économie rurale non agricole. « En fin de compte, éliminer la pauvreté, l'insécurité alimentaire et la malnutrition exige un ensemble de mesures de protection prévisibles à long terme ainsi que d'autres mesures complémentaires », a expliqué Davis.

Des participants au séminaire de la GIZ ont présenté les résultats d'un groupe de travail et de missions d'information au Malawi, au Cambodge et en Éthiopie mandatés par le BMZ. Ils ont évalué des expériences internationales en matière de programmation et de mise en œuvre d'approches de protection sociale mettant plus particulièrement l'accent sur les aspects de nutrition. Ils ont constaté que le renforcement des capacités était un élément important de soutien des stratégies actuelles qui visent à intensifier les liens avec d'autres secteurs et services importants tels que la santé, WASH (eau, assainissement et hygiène), l'agriculture et le crédit. Le soutien apporté dans ce domaine devrait mettre l'accent sur les compétences sociales, et notamment sur la gestion des ressources humaines et des connaissances, sur les méthodes d'apprentissage communes, sur les pratiques de conseil et de vulgarisation ainsi que sur le leadership.

Documentation

  • Benjamin Davis (FAO) su la protection sociale et l'agriculture pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle : Breaking the Cycle of Poverty―Implications for Development Cooperation
    Watch video recording, Access to Slideshare
  • Elke Kasmann, Ines Reinhard, Annette Roth, Martina Kress (GIZ) sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les leçons apprises, les tendances et conclusions pour la coopération allemande au développement dégagées lors de missions en Éthiopie, au Cambodge et au Malawi.
    Access to Slideshare
  • Comment les réseaux de sécurité sociale contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle !
    Watch film 
  • Comment les mesures de protection sociale impactent le développement socioéconomique des pays en développement ; interview avec Benjamin Davis, FAO. Watch film

 

Pour en savoir plus, veuillez contacter : annette.roth@giz.de, elke.kasmann@giz.de, GIZ, Bonn, Allemagne

Annette Roth et Elke Kasmann, GIZ, Eschborn, Allemagne