Grâce au réseau de la TIC plateforme NICE+, le gouvernement indien donne des conseils gratuits aux agriculteurs.
Photo: © GIZ/ Klaus Wohlmann

Étude de la GIZ sur la numérisation pour le développement rural

Exploiter les possibilités de la numérisation pour le développement rural – enseignements tirés de projets de développement rural financés par l’Allemagne est l’intitulé d’une étude réalisée par la GIZ. Cette étude constitue un guide pratique pour les projets et les responsables de leur planification.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) évoluent rapidement et représentent aujourd’hui, pour les populations rurales, une formidable possibilité d’améliorer la productivité, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, d’accéder aux marchés et de trouver des emplois dans un secteur revitalisé (Banque mondiale 2017).

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) changent la donne en matière de développement durable. Dans les pays en développement, les TIC pour l’agriculture (ICT4Ag) peuvent contribuer à transformer les mauvaises pratiques agricoles, les mauvais rendements et les faibles revenus en systèmes agricoles qui améliorent les moyens d’existence des agriculteurs.

Pour partager les connaissances acquises et les facteurs de réussite des solutions ICT4Ag, la GIZ a compilé un vaste catalogue d’exemples tirés de 29 projets réalisés dans 34 pays d’Afrique et d’Asie dans une étude intitulée Exploiter les possibilités de la numérisation pour le développement rural – enseignements tirés de projets de développement rural financés par l’Allemagne ( Harnessing the chances of digitalisation for rural development – Lessons learnt in German-funded rural development projects).

Cette étude constitue, pour les projets et les responsables de leur planification, un guide pratique sur la façon de planifier et mettre en œuvre des solutions ICT4Ag durables, et elle prend en compte d’importants aspects tels que l’égalité d’accès aux TIC pour les femmes et les jeunes et le partage des enseignements acquis avec les autres utilisateurs.

Exemples de réussite ICT4Ag – et les enseignements qu’on peut en tirer !

En Tunisie, la GIZ a instauré un partenariat public-privé auquel participe la start-up allemande Peat. Peat a mis au point l’application pour smartphone Plantix qui permet d’identifier les maladies des plantes et de faire des recommandations aux agriculteurs.

Cette application a été adaptée au contexte tunisien (langue, interface) et aux besoins des jeunes agricultrices. Ce projet de la GIZ fonctionne avec 10 000 agriculteurs et 50 « doctoresses des plantes » spécialement formées. Ces dernières vivent dans des communautés agricoles rurales et mettent l’application à la disposition de celles et ceux qui ne disposent pas d’un smartphone.

S’il y a un enseignement à tirer du développement de cette solution TIC, c’est celui-ci : la conception axée sur l’utilisateur est essentielle à la réussite. Une évaluation approfondie des besoins et des contraintes des groupes cibles – dans ce cas le niveau d’accès à la téléphonie mobile/Internet, aux e-compétences et à l’alphabétisation (numérique) des agricultrices de la région pilote – est nécessaire avant de commencer à développer la solution ICT4Ag.

La conception axée sur l’utilisateur améliore considérablement l’acceptation de la nouvelle technologie dans le groupe cible. Lorsqu’il s’agit d’exploiter la solution à plus grande échelle, les développeurs travaillant pour le projet font appel à des « intermédiaires », dans ce cas de jeunes membres féminins et masculins appartenant aux groupes d’agriculteurs et maîtrisant le numérique.

Un autre exemple nous vient d’Inde. Dans ce pays, la GIZ collabore avec le ministère indien de l’Agriculture et du Bien-être des agriculteurs qui met en œuvre le réseau de connaissances sur le changement climatique dans l’agriculture indienne (Climate Change Knowledge Network in Indian Agriculture CCKN-IA). Ce réseau utilise la plateforme TIC « Network for Information on Climate (Ex) Change » (réseau d’information (et d’échange) sur le changement climatique) (NICE+). Cette plateforme facilite la prise en compte des commentaires des agriculteurs dans l’élaboration de stratégies agricoles et le partenaire national, l’institut national indien de gestion de la vulgarisation agricole (National Institute of Agricultural Extension Management) coordonne les interventions. Grâce au réseau NICE+, le gouvernement indien donne également des conseils gratuits aux agriculteurs. Selon une évaluation réalisée par un organisme indépendant, 85 pour cent des agriculteurs déclarent tirer profit de NICE+ en accroissant leurs rendements et 74 pour cent d’entre eux en réduisant leurs coûts de production.

Dans le cadre de ce projet, par enseignement acquis on entend que l’intégration d’une nouvelle solution TIC dans une institution grand public peut être un facteur de réussite à condition que le service soit considéré comme un bien public par le gouvernement. Par ailleurs, le coût des TIC finit souvent par être supérieur à ce qui avait été initialement calculé. Le budget doit tenir compte des coûts de développement, mais aussi des coûts de transaction, des coûts de formation du groupe cible et des partenaires aux e-compétences et, dans les régions éloignées, des coûts d’amélioration de l’accès à Internet et à l’électricité.

Comme le montre également l’étude, les solutions ICT4Ag restent confrontées à des problèmes qu’il importe de résoudre. L’un d’eux concerne la protection des données à caractère personnel. En utilisant les ICT4Ag, les projets collecteront vraisemblablement des données à caractère personnel (sexe, âge, revenu et état de santé) auprès des membres du groupe cible. En général, les parties prenantes locales ignorent les questions de confidentialité des données et sont par conséquent vulnérables. C’est pourquoi la protection des données est une question qu’il faut prendre en compte dès le début d’une intervention.

Julia Bayer, Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit – GIZ
Projet sectoriel : Développement rural, Bonn, Allemagne
Contact: julia.bayer@giz.de

 

Pour en savoir plus :

Lien avec l’étude: "Harnessing the chances of digitalisation for rural development"   

Banque mondiale, 2017: ICT in Agriculture: Connecting Smallholders to Knowledge, Networks and Institutions

PEAT – Plantix