Le PSMA vise à lutter contre les activités de pêche illégale. Il a valeur contraignante pour 29 pays.<br />Photo: © Olive Bexten/Rural 21

Le PSMA vise à lutter contre les activités de pêche illégale. Il a valeur contraignante pour 29 pays.
Photo: © Olive Bexten/Rural 21

Entrée en vigueur du premier traité mondial contre la pêche illégale

L'Accord relatif aux mesures du ressort de l'État du port visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (PSMA) vise à lutter contre les activités de pêche illégale. Il a valeur contraignante pour 29 pays.

Sustainable fisheries and aquaculture: Un accord international révolutionnaire visant à lutter contre la pêche illégale est entré en vigueur au début du mois de juin 2016 et a valeur légale pour les 29 pays et l'organisation régionale qui y ont adhéré.

L'Accord relatif aux mesures du ressort de l'État du port visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée – adopté comme Accord FAO en 2009 après plusieurs années d'efforts diplomatiques – est le premier traité international contraignant qui porte expressément sur la pêche illégale.

Actuellement, les parties à l'accord PSMA sont les suivantes: l'Australie, la Barbade, le Chili, le Costa Rica, Cuba, la Dominique, l'Union européenne (en tant qu'organisation membre), le Gabon, le Guyana, la Guinée, l'Islande, l'île Maurice, le Mozambique, la Birmanie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Oman, les Palaos, la République de Corée, Saint-Christophe-et-Niévès, les Seychelles, la Somalie, l'Afrique du Sud, le Sri Lanka, le Soudan, la Thaïlande, les îles Tonga, les États-Unis d'Amérique, l'Uruguay et le Vanuatu.

Lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN)

Les parties signataires de l'Accord sont tenues de mettre en place un certain nombre de mesures dans leurs ports. Ces mesures auront pour objectif de détecter la pêche illégale, d'empêcher que le poisson pêché illégalement soit déchargé et vendu et d'assurer le partage des informations concernant les navires peu scrupuleux à l'échelle mondiale.

La navigation sans autorisation appropriée, la pêche des espèces protégées, l'utilisation d'équipements interdits ou le non-respect des quotas de pêche figurent parmi les activités de pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) les plus fréquentes.
De telles pratiques compromettent les efforts visant à gérer la pêche marine de manière responsable, nuisent à sa productivité et dans certains cas contribuent fortement à sa disparition.

S'il existe bien d'autres alternatives pour lutter contre la pêche INN en mer, elles sont souvent coûteuses et – surtout pour les pays en développement – peuvent s'avérer difficiles à mettre en œuvre, compte tenu de l'étendue des espaces marins à surveiller et du coût de la technologie nécessaire. Par conséquent, les mesures du ressort de l'État du port figurent parmi les moyens les plus efficaces – et les plus rentables – de lutter contre la pêche INN.

À présent effectif, l'Accord relatif aux mesures du ressort de l'État du port offre un outil précieux à la communauté internationale pour réaliser les objectifs de l'Agenda de développement durable pour 2030, qui cible la conservation et l'utilisation durable des océans et porte spécifiquement sur la pêche INN.


Pour en savoir plus, consultez le site internet de la FAO


(FAO/ile)