La méthode de traitement de l’eau par désinfection solaire (SODIS) est simple et peut être appliquée au niveau des ménages.
Photo : © M. Kamal

Efficacité du traitement de l’eau par désinfection solaire

Dans le cadre du projet Panii Jibon (l’eau c’est la vie), HELVETAS Swiss Intercooperation Bangladesh a réalisé un projet pilote d’épuration de l’eau selon la technique de désinfection solaire (solar disinfection – SODIS). HELVETAS prévoit d’appliquer cette technique à plus grande échelle dans les zones côtières sujettes à des crises d’eau potable.

L’eau potable, c’est-à-dire une eau salubre et propre, est un élément fondamental du développement durable. Les objectifs de développement durable (ODD) abordent cette question dans l’ODD 6 qui vise à « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ». La cible 6.1, « d’ici à 2030, assurer l’accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable », vise à accroître considérablement le recyclage de l’eau à l’échelle mondiale.

La désinfection solaire (SODIS) est un système de traitement des eaux des ménages qui a le potentiel de contribuer considérablement à la réalisation de l’ODD 6 au Bangladesh. La SODIS est connue pour ses effets positifs sur la santé publique, notamment en ce qui concerne la réduction du nombre de virus, bactéries et protozoaires présents dans l’eau et de l’incidence des maladies diarrhéiques. Cette technique est abordable, durable et socialement bien acceptée.

La SODIS est un des systèmes de traitement des eaux des ménages officiellement reconnus et recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). À ce jour, 33 pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie utilisent cette technique d’épuration de l’eau.

La SODIS au Bangladesh – l’accent mis sur les femmes

Le Bangladesh a fait des progrès considérables dans la lutte contre la crise de l’eau et dans l’amélioration de la santé et de l’assainissement. Pourtant, environ 20 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Le problème est particulièrement important dans les régions où la nappe phréatique est très contaminée par l’arsenic et dans les zones côtières à forte salinité des eaux où on estime à 43 000 le nombre de Bangladais mourant chaque année de maladies hydriques, notamment dans les zones rurales.

En ce qui concerne les rôles de genre, c’est aux femmes que revient la tâche pénible d’aller quotidiennement chercher de l’eau. Par ailleurs, la rareté de l’eau est souvent une cause de violence conjugale. L’accroissement de la salinité exacerbe encore plus la vulnérabilité des communautés côtières marginalisées et exposées aux catastrophes. Dans les villages éloignés du Bagerhat, la rareté de l’eau a eu une grave incidence sur les mariages. Les parents ne souhaitent pas que leurs enfants aillent s’installer dans des villages où l’eau est rare. Pas plus qu’ils ne souhaitent que leurs filles épousent des hommes de telles communautés si c’est pour les voir parcourir de longues distances pour aller chercher de l’eau.

L’efficacité de la SODIS dépend de l’ensoleillement et les régions les plus favorables pour ce système de traitement sont les régions semi-arides. Étant donné sa situation géographique, le Bangladesh peut compter sur l’énergie solaire pour assurer l’efficacité du traitement de l’eau. De plus, la SODIS garantit un certain nombre d’avantages sociaux, environnementaux et économiques qui, ensemble, assurent la durabilité de cette technique.

Avantages sociaux – l’énergie solaire détruit les micro-organismes pathogènes responsables de maladies hydriques et améliore par conséquent la qualité de l’eau potable et la santé de la famille. La SODIS sert de point d’entrée à la promotion et à la formation aux principes de santé et d’hygiène. Par ailleurs, elle constitue, pour les communautés locales, une méthode simple applicable au niveau des ménages. Cette technique ne nécessite pas de savoir lire et écrire et est donc parfaitement adaptée aux contextes où le niveau d’éducation est très faible. En particulier, elle pousse les femmes à avoir d’autres activités productrices et, par conséquent, à améliorer le bien-être de leur famille et à renforcer la position qu’elles occupent dans la famille et leur amour propre. La consommation d’une eau ne présentant aucun risque a également une incidence positive sur la santé des enfants et améliore leur capacité à apprendre.

Avantages environnementaux – les populations peuvent compter sur des sources d’énergie renouvelables et naturelles. La SODIS réduit la nécessité d’avoir recours à des sources d’énergie traditionnelles à forte intensité énergétiques telles que le bois de chauffage, le pétrole et le gaz. Cette technique contribue donc à réduire la déforestation qui est un problème environnemental majeur. Elle réduit également la pollution atmosphérique due à la combustion des sources d’énergie conventionnelles.

Avantages économiques – la population dépend moins de l’approvisionnement en eau assuré par le gouvernement. La SODIS n’a pas besoin d’une infrastructure coûteuse et cette technique est facilement reproductible. Les avantages économiques tiennent notamment au fait que les familles dépensent moins en services de santé et en sources d’énergie traditionnelles.

En facilitant et garantissant l’accès des communautés à l’eau potable tout au long de l’année, la SODIS peut contribuer à considérablement améliorer le bien-être des communautés les plus pauvres vivant dans les régions du Bangladesh où la nappe phréatique est très contaminée par l’arsenic et dans les zones côtières à forte salinité des eaux. Il n’en reste pas moins un gros effort de sensibilisation à faire. Les responsables des orientations politiques au niveau national et local, ainsi que d’autres ONG, peuvent collaborer pour activement promouvoir les avantages de la SODIS, atteindre l’ODD 6 et améliorer le bien-être de millions de personnes vivant au Bangladesh et aussi bien en autres pays soit en Afrique ou en Asie.

Md Abu Hena Mostofa Kamal, coordinateur, HELVETAS Swiss Intercooperation

mostafa.kamal@helvetas.org