La Suisse crée des passerelles au-delà des frontières et des générations en intensifiant sa coopération dans le secteur de l'eau. <br/> Photo: © DDC

La Suisse crée des passerelles au-delà des frontières et des générations en intensifiant sa coopération dans le secteur de l'eau.
Photo: © DDC

Eau – une responsabilité commune, des solutions communes

L’eau en tant que source de coopération et non pas de conflit, l’accès à de l’eau potable saine et l’implication du secteur privé dans les efforts déployés en faveur d’une gestion durable des ressources en eau, ce sont là les priorités déclarées par la Suisse lors du Forum mondial de l’eau 2018, qui s’est tenu du 18 au 22 mars dans la capitale brésilienne, Brasilia.

Il est plus urgent que jamais de trouver des solutions techniques et politiques pour garantir une gestion durable de l'eau. L'eau est désormais un élément décisif pour lutter contre la pauvreté, mais aussi pour instaurer la paix et la stabilité politique. Forte de son expertise et de son expérience acquises de longue date en matière de gestion de l'eau, la Suisse a pris part au plus grand rendez-vous mondial autour des problématiques de l'eau à Brasilia, au Brésil, pour y présenter son approche d’une gestion durable de l’eau.
 
Le « jour zéro », celui auquel plus aucune goutte d'eau ne coulera des robinets dans la ville du Cap, ville de quatre millions d'habitants, est imminent. Le même scénario se profile dans d'autres villes du monde. Selon les estimations, aujourd'hui déjà, 2,1 milliards de personnes à travers le monde n'ont pas accès à de l'eau potable et 4,5 milliards ne disposent pas d'installations sanitaires fonctionnant correctement. Des mesures s'imposent. En adéquation avec le mot d'ordre du Forum mondial de l'eau qui s’est tenu à Brasilia du 18 au 22 mars de cette année – «Sharing Water - Partager l'eau» –, la Suisse a livré sa longue expérience et les résultats pratiques de sa coopération au développement.

Mise en pratique

Malgré l'éventail des solutions disponibles, l'accès à l'eau courante et à des installations sanitaires adéquates ne va pas de soi dans de nombreuses régions du globe. Reynaldo Quispitupa a fait part au Forum qu’il en avait lui-même fait l'expérience à Siusa, une communauté rurale du sud-est du Pérou. La population locale ne disposait pas de toilettes et la qualité de l'eau potable était insuffisante.
 
Grâce au programme SABA (Saneamiento Basico – Système sanitaire élémentaire et intégral) initié il y a vingt ans au Pérou par la Direction du développement et de la coopération (DDC), l'ensemble de la population de Siusa dispose aujourd'hui d'installations sanitaires. En effet, ce programme se concentre sur l'aménagement d'infrastructures hydrauliques, dont la construction de latrines, en impliquant tous les acteurs. L'aménagement d'infrastructures se conjugue avec des formations destinées aux administrations communales; il convient par ailleurs d'identifier, en concertation avec la population, les services à assurer pour maintenir ces infrastructures en état de fonctionnement. Le personnel local ainsi formé surveille le captage de l'eau, dose l'adjonction de chlore dans les réservoirs et entretient les conduites.
 
Avec des projets comme SABA qui prévoient également un dialogue au niveau politique et un échange de savoirs avec les pays voisins du Pérou, le Programme global Eau de la DDC s'engage pour une accélération de la mise en œuvre du droit humain à une eau potable salubre et à un assainissement suffisant.
 
Le droit humain à une eau potable propre et de qualité et à des installations sanitaires, reconnu comme un droit de l'homme en 2010, est essentiel pour la satisfaction des besoins fondamentaux de la population et pour la réalisation de l'Agenda 2030 pour le développement durable adopté en 2015. Depuis, le programme SABA a été étendu à l'ensemble du pays. Les approches développées dans le projet ont été transposées à la Colombie voisine.
 
La Suisse a présenté ce programme de la DDC lors du Forum mondial de l'eau. Les facteurs de réussite et les défis à venir y ont été abordés, ainsi que la manière dont cette approche intégrée pourrait être appliquée à d'autres pays, afin de permettre l'accès à l'eau et à des installations sanitaires dans des zones rurales.
 
(DDC/wi)

Pour en savoir plus
Voir l’article sur la Participation de la Suisse au Forum mondial de l’eau 2018 à Brasilia