Femme vannant du millet Dhanashakti à forte teneur en fer dans l’Andhra Pradesh, Inde.
Photo: © Alina Paul-Bossuet (ICRISAT

Du millet, une graminée riche en fer, pour lutter contre la carence en fer ?

Selon HarvestPlus, son millet ICTP-8203Fe riche en fer fait reculer la carence en fer chez les enfants. Des dizaines de milliers d’agriculteurs cultivent ce millet. Les critiques craignent qu’une dépendance excessive à une même denrée alimentaire entraîne de nouveaux problèmes.

En mai 2015, HarvestPlus déclarait que selon une nouvelle étude, du millet sélectionné pour être plus riche en fer pouvait stopper, en six mois, la carence en fer chez les enfants d’âge scolaire et qu’en seulement quatre mois, les taux de fer s’étaient considérablement améliorés.

Il avait été précédemment démontré que ce même millet apportait suffisamment de fer pour répondre aux besoins quotidiens d’enfants indiens de moins de trois ans carencés en fer et à 70 pour cent des besoins de Béninoises adultes.

Le millet est consommé quotidiennement par plus de 50 millions de personnes dans les régions semi-arides de l’Inde et par des millions de personnes en Afrique sahélienne. La variété de millet riche en fer utilisée dans cette étude a été mise au point en partenariat avec l’institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) en Inde.

Dans le cadre de l’étude dont les résultats viennent d’être publiés, des écoliers de 12 à 16 ans, dont beaucoup souffraient d’une carence en fer, ont consommé du millet riche en fer sous forme de bhakhri (sorte de pain plat sans levain) aux repas de midi et du soir. Comparativement à la consommation de millet ordinaire, ce nouveau millet a considérablement amélioré leur statut en fer. Les enfants initialement carencés en fer et ayant consommé du bhakhri préparé avec du millet riche en fer avaient 1,6 fois plus de chances de surmonter leur carence en fer que ceux qui avaient consommé du bhakhri préparé avec du millet ordinaire.

Ces résultats sont conformes à ceux d’une étude d’efficacité antérieure réalisée aux Philippines et également financée par HarvestPlus selon laquelle les taux de fer augmentaient chez les femmes ayant consommé du millet riche en fer.

Le millet Dhanashakti est cultivé par des dizaines de milliers d’agriculteurs

La variété de millet riche en fer (ICTP-8203Fe) utilisée dans cette étude, communément appelé millet Dhanashakti, terme signifiant prospérité et force, a été commercialisée en 2012 dans le Maharashtra, en Inde, par Nirmal Seeds, un partenaire de HarvestPlus. Des dizaines de milliers d’agriculteurs cultivent cette nouvelle variété de millet riche en fer qui a également l’avantage d’avoir une plus forte teneur en zinc, d’offrir un rendement élevé et de mieux tolérer la maladie et la sécheresse.

La biofortification peut contribuer à réduire les apports en oligoéléments mais les critiques mettent en garde contre un assujettissement susceptible de menacer les petits exploitants agricoles. Ceux-ci dépendent soudain de semences venues d’ailleurs et de prix sur lesquels ils n’ont aucune influence. Autre critique formulée : l’objectif devrait être de nourrir les populations avec des denrées alimentaires diversifiées originaires de leurs propres régions et il est à craindre que la biofortification de certaines cultures alimentaires fasse que cet objectif soit oublié.

(HarvestPlus/ile)