Plateaux d’Éthiopie – Fillettes d’un milieu rural montrant fièrement leur tablette.@ Shutterstock

Développement rapide et durable : des bonds en avant majeurs sont possibles en Afrique

D’ici à 2050, la population de l'Afrique devrait doubler et atteindre 2,6 milliards d'habitants. Des progrès en matière de développement sont nécessaires pour ralentir cette croissance. Une nouvelle étude montre qu'il existe de bonnes approches et de bons projets. L'Afrique envisage déjà des avancées majeures.

La situation sur le continent africain est difficile. La population augmente rapidement, mais le nombre d'emplois ne suit pas le rythme. Et la crise du coronavirus rend la situation encore plus difficile. Il est donc d'autant plus important que l'Afrique se remette rapidement sur pied après la pandémie. Comme le montre une étude présentée en juillet par l'Institut de Berlin pour la population et le développement en Allemagne, les solutions existent depuis longtemps, sous la forme d'innovations techniques et sociales qui créent des avancées majeures facilitant la vie des gens, et sautant autant que possible les étapes intermédiaires inefficaces, dommageables pour l'environnement et coûteuses.

L’adoption rapide de la téléphonie mobile au début du millénaire dans les endroits où il n'y avait auparavant aucune connexion par ligne terrestre est un exemple classique de ce bond en avant. Aujourd'hui, les Africains utilisent des téléphones portables pour effectuer leurs opérations bancaires, contracter une assurance ou obtenir des conseils auprès des services d'information agricole et médicale.

Les objectifs de l’étude : santé – éducation – agriculture  

L'étude porte sur trois domaines centraux sans lesquels le développement socio-économique des pays pauvres est impossible : la santé, l'éducation et l'agriculture. Les gens doivent être en bonne santé, qualifiés et nourris de manière adéquate afin de s’ouvrir des perspectives et de développer leur économie nationale.

« Nous avons cherché des exemples dans les domaines où des entreprises, des ONG ou des gouvernements africains ont déjà connu des réussites », explique Reiner Klingholz, l'un des auteurs de l'étude et ancien directeur de l'Institut de Berlin. « Il est important que ces idées et concepts puissent être appliqués par les Africains, pour les Africains, rapidement et à moindre coût. »

Il s'agit non seulement de solutions technologiques modernes, mais aussi de changements et d'avancées sociales très simples, mais qui peuvent avoir des effets majeurs. Par exemple, dans les zones rurales d'Éthiopie, où il n'y a ni médecins ni hôpitaux. Dans le cadre du programme de vulgarisation sanitaire, un service de santé de base a été mis en place avec des agents de santé locaux, ce qui a permis de réduire de manière décisive la mortalité des mères et des enfants.

Dans de nombreux domaines, les technologies de l'information et de la communication ont permis, à elles seules, de faire des bonds en avant dans le développement ou de faire progresser de manière décisive les projets de développement. Par exemple, dans le cadre du programme Tusome, le Kenya utilise des tablettes et une base de données pour suivre la manière dont les enfants apprennent. Selon les auteurs de l'étude, l'alphabétisation des élèves du primaire s'est considérablement améliorée.

Le programme Siyavula, utilisé en Afrique du Sud, est un autre exemple. Dans le cadre de ce programme, les jeunes peuvent suivre des cours de mathématiques et de sciences naturelles en ligne pour préparer leurs examens de fin d’études. La Covid-19 a fait exploser le nombre d'utilisateurs de Siyavula.

Des bonds en avant dans le domaine de l’agriculture

Les progrès sont particulièrement importants et rapides dans l'agriculture, notamment parce que l'Afrique, avec son besoin urgent de rattrapage, doit éviter les erreurs que les pays industrialisés et émergents ont commises dans leur développement agricole.

Comment augmenter l'approvisionnement alimentaire tout en créant des revenus – l’entreprise sociale nigériane Babban Gona facilite l'accès des petits agriculteurs à des semences, des engrais et des pesticides de qualité et les conseille sur la façon de les utiliser. Cela a permis aux agriculteurs de diverses régions du Nigeria d’obtenir des rendements jusqu'à 2,3 fois supérieurs à la moyenne nationale.

Les avancées dans les domaines centraux du développement que sont la santé, l'éducation et l'agriculture ne sont pas seulement décisives pour gérer le problème démographique en Afrique et atteindre les objectifs de développement durable pour 2030. « C'est avant tout ce que veulent les Africains », souligne Catherina Hinz, directrice de l'Institut de Berlin et co-auteure de l'étude. « Les enquêtes montrent que la création d'emplois et une bonne infrastructure de santé et d'éducation font partie des préoccupations les plus importantes de la population africaine ». Les gouvernements africains ont la responsabilité de créer un environnement dans lequel il sera possible de faire des progrès dans ces domaines, souligne Catherina Hinz.

(idw/wi)

Publication initiale : Reiner KlingholzSabine SütterlinAlisa Kaps et Catherina Hinz : Schnell, bezahlbar, nachhaltig – wie sich Afrikas Entwicklung beschleunigen lässt; juillet 2020, (en allemand)

En savoir plus : L’étude peut être téléchargée gratuitement, dans sa version allemande

(wi/idw)