Un organisme indépendant vérifie la durabilité des riziculteurs respectant les normes SRP en Thaïlande.
Photo: ©GIZ BRIA/Astari Widya Dharma

Des riziculteurs appliquent de nouvelles normes pour un riz durable en Asie du Sud-Est

Dans le cadre de la SRP (Sustainable Rice Platform), dans les pays d’Asie du Sud-Est, la Deutsche Gesellschaft für internationale Zusammenarbeit (giz) a mis en œuvre la BRIA (Better Rice Initiative Asia) pour améliorer les revenus des riziculteurs participants.

La plateforme pour la riziculture durable (Sustainable Rice Platform – SRP) créée en 2013 est un des plus importants forums multilatéraux du monde dans le secteur de la riziculture. La SRP est convoquée par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI), et la Deutsche Gesellschaft für internationale Zusammenarbeit (GIZ) est un des cofondateurs.
 
Dès le début, la GIZ s’est activement engagée à offrir un soutien technique tiré de son expérience dans les zones de production, et à élaborer des instruments SRP. La SRP a pour mission de promouvoir l’efficacité et la durabilité des ressources dans le secteur mondial du riz et elle vise à fournir au secteur mondial de l’approvisionnement en riz un ensemble d’instruments éprouvés destinés à faciliter l’adoption à grande échelle de meilleures pratiques de durabilité.
 
La norme SRP pour une riziculture durable – première norme mondiale de durabilité pour le riz – définit un cadre général de meilleures pratiques durables tenant compte du climat dans tout système de production rizicole. En complément de cette norme, un ensemble d’indicateurs de rendement (IR) a été adopté comme outil quantitatif de mesure de l’impact de la mise en application de la norme.
 
En 2017, grâce à des pratiques de riziculture durable, des riziculteurs thaïlandais ont tiré environ quatre pour cent de plus de la vente de leur riz cultivé en rizière. Le projet BRIA (initiative d’amélioration de la production rizicole en Asie), mis en œuvre par la GIZ, a poursuivi ses efforts de mise en œuvre du cadre de production de riz durable dans quatre pays d’Asie du Sud-Est : l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam. En Thaïlande, notamment, la BRIA a accueilli environ 1 300 riziculteurs de 19 centres rizicoles communautaires dans le partenariat. En collaboration avec le ministère thaïlandais de la Riziculture et avec Olam International, la norme a été mise en œuvre et vérifiée par un audit indépendant pendant chaque saison rizicole pour confirmer l’adoption du cadre et la conformité avec les pratiques recommandées par la norme. 

Élargissement de l’application de l’initiative BRIA à l’Asie du Sud et à l’Afrique de l’Ouest

En s’appuyant sur la réussite de la mise en œuvre du cadre dans l’initiative BRIA, la GIZ a l’intention d’élargir son application à 35 000 riziculteurs en Thaïlande, en Indonésie et au Vietnam et de la reproduire dans d’autres régions, par exemple en Afrique de l’Ouest et en Asie du Sud. 
 
Le riz est une importante source d’alimentation pour plus de la moitié de la population mondiale et a, de ce fait, une importance publique et politique extrême.  Sa production est vitale pour la sécurité alimentaire et l’emploi de millions de personnes parmi les plus pauvres du monde. Toutefois, dans de nombreux pays, la chaîne de valeur du riz manque de structures appropriées de production, de transformation et de commercialisation et est handicapée par l’utilisation inefficace et dangereuse pour l’environnement des ressources. Toutefois, les consommateurs du monde entier sont de plus en plus au courant des notions de production de riz durable, de sécurité alimentaire et de changement climatique. 
 
La GIZ a utilisé la norme SRP et des indicateurs de rendement (IR) pour s’assurer que les pratiques de riziculture durable sont adoptées dans les pays bénéficiaires du projet. Grâce à son savoir-faire dans la promotion de l’autonomisation des riziculteurs, la BRIA a suscité un intérêt et une prise de conscience quant à l’adoption du cadre de la SRP dans les quatre pays concernés. Des projets pilotes ont été réalisés à différents niveaux d’engagement compte tenu des ressources disponibles et des capacités de chaque pays de la BRIA pour évaluer l’applicabilité, la pertinence et l’acceptabilité de la norme.
 
À en juger par l’expérience menée avec la BRIA, il semble que la norme ait bien rempli son rôle d’outil décisionnel dans l’évaluation et la description des pratiques durables de riziculture telles qu’elles sont couramment définies et comprises par toutes les parties prenantes. Cette norme s’est avérée utile et a notamment servi de base au renforcement de la chaîne de valeur du riz durable et à l’établissement de liens plus serrés entre les acteurs de la chaîne, notamment en ce qui concerne les liens avec le marché intérieur et le marché à l’exportation.
 
Par ailleurs, grâce à la conformité vérifiée avec la norme, d’autres parties prenantes bénéficient d’une garantie de la qualité des techniques rizicoles, mais aussi de la sécurité du riz et de ses qualités pour la santé.

Astari Widya Dharma, Deutsche Gesellschaft für international Zusammenarbeit (giz),Bangkok, Thaïlande
astari.dharma@giz.de