Polluants à courte durée de vie. Réduire sans tarder les émissions de méthane, de suie, d’hydrofluorocarbures et d’autres polluants climatiques à courte durée de vie. On pourra ainsi potentiellement réduire la tendance au réchauffement à court terme de plus de 50 pour cent sur les prochaines décennies.

3. Nature. Restaurer et protéger les écosystèmes tels que les forêts, les pâturages, les tourbières, les zones marécageuses et les mangroves, et permettre à une plus grande proportion de ces écosystèmes d’atteindre leur potentiel écologique de séquestration du dioxyde de carbone, un important gaz à effet de serre. 

4. Nourriture. Consommer plus de végétaux et moins de produits d’origine animale. Le changement d’alimentation réduirait considérablement les émissions de méthane et d’autres gaz à effet de serre et libérerait des terres agricoles pour cultiver des produits destinés à la consommation humaine plutôt qu’à la consommation animale. Il est également crucial de réduire les déchets alimentaires – selon les chercheurs, au moins un tiers de la production alimentaire finit à la poubelle.

5.