En raison du changement climatique, les consommateurs paieront probablement plus cher le même panier de produits alimentaires.
Photo: © IFAD
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
Une récente étude réalisée par des chercheurs du PIK souligne le rôle important du commerce comme mesure clé visant à partiellement réduire l’incidence négative du changement climatique sur l’agriculture et la sécurité alimentaire.

Selon une récente étude publiée en août 2016 par une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK), le  réchauffement de la planète pourrait entraîner d’importants dommages économiques dans l’agriculture.

Partout dans le monde, le changement climatique menace la productivité agricole et fait monter les prix des produits alimentaires. Si, selon les régions, les pertes et les gains financiers des consommateurs et des producteurs varient, le résultat final est que, d’une manière générale, les consommateurs devront probablement payer plus cher le même panier alimentaire.

L’étude quantifie les impacts économiques et analyse le rôle du commerce international comme mesure d’adaptation. Les chercheurs ont calculé que, dans l’agriculture, avec un régime commercial très restreint, les pertes économiques dues au changement climatique pourraient annuellement s’élever à environ 0,8 pour cent du PIB mondial à la fin du siècle.

Ce pourcentage a beau paraître insignifiant, il n’en représente pas moins des pertes de 2 500 milliards de dollars US et il est comparativement plus élevé dans les régions où les ressources agricoles sont limitées par rapport à la demande croissante en produits agricoles, par exemple au Moyen-Orient, en Afrique et en Inde.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>