« Alors qu’à Oman, une plantation de cent kilomètres carrés ferait une différence majeure et entraînerait la formation de nuages, cela n’aurait absolument aucun effet en Israël, par exemple. »

Le jojoba – une plante intéressante à bien des points de vue

Le choix des plantes est important. Les buissons de jojoba conviennent particulièrement bien car ils fixent de grandes quantités de CO2 pendant leur croissance et résistent à des températures élevées. En captant du CO2 dans l’atmosphère, ils contribuent à ce qu’on appelle les émissions négatives. Ainsi, les plantations peuvent atténuer les effets de la crise climatique tout en freinant son évolution, » résume le docteur Branch. De plus, ces plantes ne transpirent pratiquement pas pendant la journée, si bien que l’effet de la dépression thermique est particulièrement marqué.

En plus de leurs propriétés climatiques positives, les plantations de jojoba profitent de bien des façons à la population locale.