L’agriculture intensive commerciale dépend fortement du recours aux pesticides.
Photo: © William Daniels / Panos

Carte mondiale des ruissellements de pesticides : dangereux pour la vie aquatique

La menace mondiale que les insecticides font peser sur la biodiversité aquatique a été révélée dans une étude récente de modélisation qui met en lumière les zones exposées aux plus grands risques.

Les insecticides agricoles constituent un facteur majeur de perte de biodiversité animale dans les écosystèmes d’eau douce. Cependant, l’étendue mondiale de leurs effets et l’extension spatiale de l’exposition restent largement méconnues.
Dans une étude récente, des chercheurs d’Allemagne et d’Italie ont appliqué un modèle statistique spatialement explicite pour estimer le potentiel des écoulements d’insecticides agricoles dans les cours d’eau. L’étude révèle que sur 40 pour cent de la surface terrestre de la planète les plans d’eau sont exposés à des risques de ruissellements d’insecticides. En révélant les zones sur lesquelles la réduction des dommages devrait se concentrer, la carte mondiale des points critiques de contamination par les insecticides, qui doit être publiée dans l’édition de mars d’Environmental Pollution, pourrait ainsi soutenir les efforts déployés en vue de gérer et de conserver les eaux douces.

L’un des chercheurs ayant participé à l’étude, Matthias Liess, du Centre Helmholtz de recherche environnementale en Allemagne, explique que les régions tropicales et subtropicales doivent de toute urgence accorder la plus grande attention aux risques de perte de biodiversité résultant de l’utilisation d’insecticides. Dans de nombreux pays en développement, les agriculteurs passent d’une agriculture de subsistance à des pratiques de culture intensive orientées vers le marché. « Il est très utile pour évaluer les risques environnementaux et gérer les questions environnementales de disposer d’informations sur l’occurrence des insecticides sur la masse terrestre des pays. Nous pouvons alors savoir où trouver les points d’exposition critiques et où il est le plus important de planifier des mesures d’atténuation », note le scientifique.

Les méthodes d’atténuation comprennent l’aménagement de bandes tampons exemptes d’insecticides le long des cours d’eau, fait remarquer Liess qui suggère également d’accroître l’efficacité de la gestion environnementale afin de combattre le risque.
L’étude a utilisé des cartes et des bases de données existantes, telles que celles de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, sur l’utilisation d’insecticides par les pays pour produire une carte mondiale montrant, d’une part, la vulnérabilité au ruissellement, c’est-à-dire la probabilité que des eaux pluviales ruissellent des terres dans les cours d’eau, calculée en fonction de la pente du terrain et des précipitations et, d’autre part, le risque de ruissellement lié aux quantités d’insecticides utilisées. Les deux aspects sont combinés dans une carte mondiale des ruissellements d’insecticides montrant combien d’insecticides risquent de contaminer les masses d’eau.

(SciDev/wi)

Pour plus d’informations :
Étude : Alessio Ippolito et al.: Modeling global distribution of agricultural insecticides in surface waters. In: Environmental Pollution, Volume 198, March 2015, pages 54-60

Lien vers le résumé (le téléchargement de l’article est payant)