16.01.2018

Robert Nasi a rappelé que 60 pour cent de la population mondiale vivait dans des régions côtières et a souligné que tout en mettant essentiellement l’accent sur l’agriculture et la sylviculture, l’approche était également importante pour les paysages marins.

Des résultats prometteurs

Eric Solheim, directeur général du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), a attiré l’attention sur certains aspects positifs concernant l’environnement en 2017, et notamment sur l’alliance anti-charbon  (Powering Past Coal) lancée par le Canada et le Royaume-Uni lors de la COP23, à Bonn, et visant à abandonner progressivement le charbon. Eric Solheim a fait remarquer que « la Chine parle désormais plus d’environnement que d’économie ».

Des progrès ont également été réalisés en Inde où les paysages sont clairement au centre de changements dans de nombreux domaines. Le Botswana, où la protection de la biodiversité et la création d’un écotourisme dynamique est l’affaire de tous, a donné un bon exemple d’établissement d’un lien entre création d’emplois et préservation des paysages.