Au Kenya, un éleveur avec ses bœufs qui ont survécu à la sécheresse. Les deux tiers de son cheptel ont été décimés.
Photo: © FAO/Tony Karuma
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>
Les faibles pluies tombées à travers la région est-africaine ont aggravé les souffrances liées à la faim, asséché les terres et pâturages et provoqué des milliers de décès au sein du bétail.

Les faibles pluies tombées à travers la région est-africaine ont aggravé les souffrances liées à la faim. Selon une alerte émise à la mi-juillet par le Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR) de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), cette nouvelle saison de faibles pluies, la troisième consécutive, a sérieusement dégradé la résilience des familles et il est nécessaire et urgent de soutenir leurs moyens d'existence.

Les zones les plus affectées, sur lesquelles sont tombées moins de la moitié des précipitations normales de saison, sont situées au centre et au sud de la Somalie, au sud-est de l'Ethiopie, au nord et à l'est de Kenya, au nord de la Tanzanie et au nord-est et au sud-est de l'Ouganda.

Les besoins humanitaires en hausse

Le nombre de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire dans les cinq pays mentionnés auparavant, estimé actuellement à près de 16 millions, a augmenté d'environ 30 pour cent depuis la fin de l'année 2016.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>