Des experts de 48 pays africains se sont rencontrés à Nairobi pour examiner les technologies de lutte contre le changement climatique.
Photo : © UNIDO / CTCN

Forum africain du carbone 2018

Dans le cadre de la première Semaine africaine du climat, le Forum africain du carbone a été organisé par le Centre et réseau des technologies climatiques (CTCN) des Nations unies, en collaboration avec le Centre international pour la recherche en agroforesterie (ICRAF).

Dans le cadre de la première Semaine africaine du climat, organisée du 9 au 13 avril 2018 à Nairobi, Kenya, des experts en climatologie de plus de 40 pays africains se sont rencontrés lors du Forum africain du carbone pour discuter collaboration et transfert de technologies.

Le Centre et réseau des technologies climatiques (CTCN) des Nations unies, en collaboration avec le Centre international pour la recherche en agroforesterie (ICRAF), a organisé le forum régional. En tant que bras opérationnel du Mécanisme de technologie de la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCCC), le CTCN est géré par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI).

Pour atteindre les objectifs : le transfert des technologies

En Afrique, les technologies permettant de répondre aux problèmes du changement climatique sont étroitement liées à d’importantes difficultés sociales et de développement ayant une incidence sur les moyens de subsistance. Il s’agit notamment de la pollution, de l’accès à l’énergie et l’électricité, des maladies véhiculées par l’eau, de la vulnérabilité aux épisodes climatiques extrêmes, de la production agricole et de l’approvisionnement alimentaire.

Mais le transfert de technologie a horreur du vide. L’utilité d’une technologie donnée dépend d’un large éventail de facteurs : objectifs et capacités d’un pays, disponibilité d’informations et d’outils décisionnels suffisants, environnements favorables et accès à un financement suffisant pour le déploiement et l’amélioration des technologies.

Les objectifs fixés par chaque pays dans ses contributions NDC (décidées au niveau national) à la CCNUCC incluent par conséquent des plans visant à accroître les efforts d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à celui-ci dans un large éventail de secteurs. Pour atteindre leurs objectifs, les pays doivent consentir un énorme effort financier et technologique au niveau des solutions matérielles (par ex. infrastructure), logiques (par ex. capacités, connaissances) et organisationnelles (par ex. gouvernance, jouissance des biens) pour trouver des réponses aux problèmes actuellement posés par le changement climatique.

Énergies renouvelables et technologies – études de cas

Sur le forum, des points focaux technologiques sélectionnés au niveau national (entités nationales désignées, ou END) de divers pays africains ont partagé les expériences et les meilleures pratiques de la région.

Le Ghana, le Kenya, Maurice et la Namibie se préparent à un changement transformationnel en faveur d’appareils de refroidissement durables. Ces pays cherchent à identifier les technologies vertes de réfrigération et de climatisation les mieux adaptées et à élaborer des mesures politiques et des plans de route technologiques facilitant le développement. Ils utilisent leurs économies d’échelle pour atténuer l’appauvrissement de la couche d’ozone et les émissions de gaz à effet de serre, tout en encourageant le développement industriel durable.

La Tunisie passe à l’éclairage écoénergétique au niveau national. Afin d’acquérir les capacités nécessaires pour mettre en œuvre son ambitieuse stratégie nationale de conversion à l’éclairage écoénergétique, elle prépare des documents éducatifs sur la conception et la gestion de systèmes d’éclairage écoénergétiques, une réglementation et des politiques gouvernementales.

La Côte d’Ivoire renforce sa capacité à prendre des décisions en connaissance de cause dans la lutte contre le changement climatique en mettant au point un système d’informations environnementales visant à coordonner les données utiles provenant de l’ensemble du pays. Les parties prenantes nationales élaborent des indicateurs environnementaux, proposent une stratégie durable de collecte de données et examinent les options technologiques disponibles pour concevoir et mettre en œuvre la plateforme.

La Tanzanie s’efforce de protéger ses forêts et la santé de sa population en développant l’utilisation de fourneaux à biomasse à faibles émissions pour les ménages et la cuisine institutionnelle. Le Centre des technologies climatiques collabore avec les communautés de Lindi, Mtwara et Pwani pour mettre en place des chaînes de valeur charbon et bois de chauffage durables, y compris en ce qui concerne la production de charbon de bois et de cuisinières destinés aux zones rurales et urbaines.

(CTCN/UNIDO/db)

 

En savoir plus:

Site du CTCN

Lien avec le rapport d’avancement du CTCN (en anglais)