Des dizaines de millions de personnes sont à présent raccordées à des mini-réseaux.
Photo: © flickr/Daxis

Energy Progress Report : Des progrès encourageants dans les pays moins avancés

Le monde n’est pas en bonne voie pour atteindre d’ici 2030 les cibles énergétiques mondiales fixées par les objectifs de développement durable (ODD), mais, selon un rapport que viennent de publier cinq agences internationales, certains domaines enregistrent de réels progrès. C’est notamment le cas de l’accès à l’électricité dans les pays les moins avancés et de l’efficacité énergétique industrielle.

Si les tendances mondiales sont décevantes, les expériences nationales récentes montrent des signes encourageants en ce qui concerne l’accès à l’énergie dans le monde entier. Il apparaît de plus en plus clairement que, s’ils adoptent des approches et politiques adéquates, les pays pourront enregistrer des progrès non négligeables en matière d’énergies propres et d’accès à l’énergie et, partant, améliorer les conditions de vie de millions de personnes.

Le rapport Tracking SDG7: The Energy Progress Report, lancé le 2 mai à l’occasion du Forum Énergie durable pour tous à Lisbonne, Portugal, offre la vision la plus complète des avancées réalisées dans le monde en direction des cibles mondiales relatives à l’énergie : accès à l’électricité, modes de cuisson non polluants, énergie renouvelable et efficacité énergétique.

Voici certains des principaux constats du rapport. Ils s’appuient sur des données officielles fournies par les pays et mesurent les progrès mondiaux réalisés jusqu’en 2015 en termes d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, et jusqu’en 2016 pour l’accès à l’électricité et les solutions de cuisson propres.

Accès à l’électricité

  • Un milliard de personnes, soit 13 pour cent  de la population mondiale, n’ont toujours pas accès à l’électricité. L’Afrique subsaharienne et l’Asie centrale et du Sud restent les régions qui affichent les déficits les plus marqués. En outre, près de 87 pour cent des personnes sans accès à l’électricité vivent en milieu rural.
  • Depuis 2010, un nombre croissant de personnes ont accès à l’électricité, mais cette tendance doit encore s’accélérer si l’on veut parvenir à l’accès universel à l’horizon 2030. Si la tendance actuelle se poursuit, on estime que 674 millions de personnes seront toujours privées d’électricité en 2030.
  • Le Bangladesh, l’Éthiopie, le Kenya et la Tanzanie sont les pays qui ont fait le plus de progrès : entre 2010 et 2016, le taux d’électrification y a progressé d’au moins 3 pour cent par an. Sur la même période, 30 millions d’Indiens ont pu, chaque année, accéder à l’électricité, soit plus que dans n’importe quel autre pays. Pour la première fois, l’Afrique subsaharienne commence à résorber son déficit d’électrification en termes absolus.
  • Des dizaines de millions de personnes ont désormais accès à l’électricité grâce à des installations solaires domestiques ou par le biais de mini-réseaux. Cependant, ces cas restent concentrés dans une douzaine de pays pionniers, où le taux de pénétration de l’électricité d’origine solaire peut atteindre jusqu’à 5-15  pour cent de la population.

Modes de cuisson non polluants

  • Trois milliards de personnes, soit plus de 40 pour cent de la population mondiale, n’ont pas accès à des technologies et des combustibles non polluants pour cuire les aliments.
  • Dans certaines parties de l’Asie, l’accès aux solutions non polluantes est plus rapide que la croissance démographique. En Inde, au Pakistan, en Indonésie et au Vietnam, le taux de croissance annuel de la population ayant accès à ces technologies propres est supérieur de plus de 1 pour cent à l’accroissement démographique.
  • En Afrique subsaharienne, toutefois, depuis quelques années, la population augmente quatre fois plus vite que le nombre de personnes accédant aux combustibles propres pour la cuisson des aliments.
  • Sur les quatre cibles relatives à l’énergie, cet indicateur est celui qui affiche le plus de retard. Cette situation est imputable au manque de sensibilisation des consommateurs, aux problèmes de financement, à la lenteur des progrès technologiques et à l’insuffisance des infrastructures de production et de distribution.

Énergie renouvelable

  • En 2015, les sources renouvelables satisfaisaient 17,5 pour cent de la consommation énergétique finale dans le monde, dont 9,6 pour cent émanaient de formes modernes de ces énergies renouvelables, telles que la géothermie, l’hydroélectricité, le solaire et l’éolien, le reste provenant des utilisations traditionnelles de la biomasse (bois de feu et charbon de bois).
  • Si l’on se fonde sur les politiques actuelles, la part des énergies renouvelables devrait atteindre à peine 21 pou cent d’ici 2030, avec 15 pour cent pour les formes modernes. Cette progression est loin de la hausse nettement plus importante requise par la cible de l’ODD 7.
  • Dans le transport, la part des énergies renouvelables s’accroît assez rapidement, mais par rapport à un niveau de départ très bas. Elle ne représentait que 2,8  pour cent en 2015. Concernant le chauffage, l’utilisation de ces formes d’énergie n’a pratiquement pas augmenté ces dernières années, et ressortait à 24,8  pour cent en 2015, dont un tiers concernait des usages modernes.
    • C’est notamment grâce aux progrès réalisés par la Chine depuis 2010 que la consommation mondiale d’énergies renouvelables a pu progresser de près de 30 pour cent, en valeur absolue, en 2015. Parmi les 20 plus gros consommateurs d’énergie dans le monde, le Brésil est le seul pays à dépasser largement la moyenne mondiale pour la part d’énergies renouvelables dans toutes les utilisations finales : électricité, transport et chauffage. Au Royaume-Uni, la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique finale a progressé de 1 pour cent par an en moyenne depuis 2010, soit plus de cinq fois la moyenne mondiale.

Le rapport « Tracking SDG7: The Energy Progress Report » est un effort conjoint de  l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), la Division de statistique de l'ONU, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)

(Banque mondiale/wi)

Pour en savoir plus :

Consultez le site Internet de l’énergie de la Banque mondiale

Lien vers la brochure sur le rapport : Tracking SDG7: The Energy Progress Report

Source de photo

News Comments

Add a comment

×

Name is required!

Enter valid name

Valid email is required!

Enter valid email address

Comment is required!

Google Captcha Is Required!

* These fields are required.

Be the First to Comment